10 février 2001

NBA Preview/Commentaire: Chicago Bulls (Part II)

(suite de la première partie)

--Cette attitude permettait bien évidemment d’empêcher l’adversaire de marquer des points, ce qui finalement est déjà un gage de réussite. Mais je soupçonne cette attitude de sortir de sa manche d’autres effets bénéfiques. Notez avant que ce que je vais avancer n’est qu’une hypothèse personnelle que je n’ai pas les moyen de vérifier (mais rien ne vous empêche de m’envoyer des dons) et à laquelle il faut donc émettre des réserves. En premier lieu, je pense que le fait de s’essorer en défense a pour effet de tisser au sein de l’équipe une mentalité collective aux maillages très serrées.

--Une défense agressive telle que l’était celle des Bulls de Skiles ne peut porter ses fruits que si chaque joueur s’y dévoue totalement. Dès lors, cette attitude implique une véritable solidarité, cimentant fermement leurs relations. En effet, à partir du moment où se défoncer ne peut avoir d’impact que si les autres font de même, chacun est impliqué et responsabilisé et donc cela cimente les joueurs entre eux et les inscrits dans une direction commune, un projet commun. C’est pour ce projet qu’ils ne peuvent concrétisé qu’ensemble que tous défendent comme des crève-la-dalle. Ce projet, c’est remporter le match.

--Ainsi, à elle seule, cette attitude créée les conditions mentales pour instaurer un véritable jeu collectif. Lorsque vous sacrifiez votre corps à défendre votre panier, vous ne voulez pas cramer cette dépense d’énergie par un shoot tout pourri qui n’aura qu’une chance sur cinq de rentrer. Au contraire, vous allez chercher à faire en sorte que votre implication défensive soit récompensée et donc converti par un panier. Par conséquent, vous allez cherchez à être efficace en attaque et donc à tenter de trouver les bonnes positions, celles qui ont le plus de chances d’être converti en points sonnants et trébuchants.

--Un de nos frenchies NBA bien aimé exprimait avec justesse cette idée lors de sa première saison dans le nouveau monde. Il racontait un peu agacé que ses coéquipiers un tantinet croqueurs bouffaient goulument les brochettes qu’il préparait. Si tout le monde prépare des brochettes, chacun va faire en sorte d’éviter de gaspiller la bouffe, n’est-ce pas ? Ainsi, les joueurs sont mécaniquement installé dans les conditions optimales en termes d’agressivité, d’application et de concentration pendant l’ensemble du match tant en défense qu’en attaque. Sympa comme atout, non ?

--Skiles avait réussi à faire naître cet état d’esprit chez ses joueurs mais les Baby Bulls, manifestement entrés dans leur crise d’adolescence, n’ont plus pris la peine d’écouter l’autoritaire coach. C’est ainsi que depuis l’an passé, Chicago ne défend plus avec cette agressivité souvent louée et cela explique selon moi la déliquescence de leur jeu offensif.

--Luol Deng semble être la parfaite illustration de mon observation. Son efficacité qui a poussé la franchise à faire de lui le leader de la team, était basée sur son jeu à mi-distance et alors qu’il tournait à 51,7 % en 2006/7, son adresse est tombée à 47,9 % l’an passée puis 45,7 % actuellement, faisant passer sa moyenne de points de 18,8 pts à 17,7 pts et 14,7 maintenant.

--Je pense que cet affaissement est en partie dû à l’état d’esprit que produit l’équipe. Sans cette atmosphère d’agressivité, d’application et de concentration constante, l’ancien Dukie ne parvient pas avoir le rendement qui lui a valu son joli contrat, comme s’il s’était lui-même laissé couler dans cet état d’esprit mollasson et avait perdu plus ou moins inconsciemment, suffisamment d’agressivité offensive et de concentration pour que son efficacité en pâtisse. Et logiquement, la confiance chute, enfermant le joueur dans un cercle vicieux qu’il est difficile de briser, surtout pour un coach aussi inexpérimenté.

--Je pense que ce phénomène s’applique aussi à Kirk Hinrich qui balbutiait complètement son basket avant d’enchaîner les party-time à l’infirmerie. Par contre, Ben Gordon qui fait chauffer le tableau de score comme un faussaire, la planche à billets ne connaît pas la crise. J’explique cela parce que contrairement aux deux autres bulls, l’ancien Huskie ne doute jamais et l’agressivité offensive semble lui être une seconde peau. Dès lors, il compense le manque de dynamisme collectif par ses propres qualités.

--Pour ce qui est de sa production individuelle. Car son efficacité au milieu du marasme chicagoan ne fait rien pour arranger les choses. En effet, les qualités que j’ai citées un peu avant sont les qualités de ses défauts. Ce bon Gordie est un shooteur de grand talent mais le revers de cela est qu’il est individualiste et que prendre des shoots difficiles ou même forcés ne l’effraie pas vraiment. Ainsi, Gordon est le type de jouer qui peut très bien se passer d’un jeu collectif et ne va donc pas forcément chercher à en créer un ou à s’y insérer. Or, dans ses difficultés offensives actuelles, Chicago s’accroche à la bouée qu’est Gordon, alimentant ainsi un jeu non construit.

--La solution à cette absence de jeu construit serait-elle un jeune homme de 20 ans qui a été le premier à serrer la main de David Stern cet été ? Il me semble que c’était l’idée au début et ça l’est peut-être toujours mais cela n’en prend pas vraiment la direction. Derrick Rose a surpris tout le monde par ces aptitudes offensives que l’on annonçait un peu juste pour la grande ligue. Il a parfaitement su se servir de son absurde vitesse pour percer les défenses et a réussi à s’adapter assez rapidement aux intérieurs plus grand, plus long et plus athlétique qui sévissent en NBA pour scorer après ses incursions.

--Cette capacité à scorer régulièrement est une agréable surprise mais où est passé le Derrick Rose de l’an passé, celui que j’appelais « Robin Hood » et qui avait permis à son équipe de s’élever jusqu’en finale du tournoi universitaire ? Où est le joueur qui facilitait le jeu de ses coéquipiers, les rendant mécaniquement meilleurs ? Celui qui apportait une véritable consistance à son équipe et qui attendait ses moments pour marquer de son empreinte les matchs à la manière d’un Kobe ou plus modestement d’un Brandon Roy ?

--Naïvement, je pensais que sa présence à Chi-Town allait permettre d’inscrire Gordon, Deng, Hinrich, Hugues, Gooden et même Thomas et Noah dans un jeu cohérent dans lequel chacun trouverait à s’exprimer sans avoir à piquer dans la gamelle de l’autre. En clair, j’imaginais voir le leader de Memphis University se transposer aux Bulls. A tort manifestement.

--Mais je n’impute pas cela au docile et très coachable Rose mais plutôt au staff. En effet, lorsque l’on regarde un match des taureaux, on s’aperçoit assez rapidement que la consigne que l’on a donné à Rose, c’est : pénètre, tente de marquer et sinon fait une passe. Comme pour Miami avec Dwayne Wade.

--Un peu surprenant lorsque l’on sait ce que les scouts disaient sur le niveau offensif de Rose avant ses premiers pas dans la ligue. Tout aussi surprenant lorsque l’on sait qu’à côté de ce joueur de seulement 20 ans mais plutôt altruiste et bon passeur, on peut trouver Ben Gordon, Luol Deng, Kirk Hinrich, Larry Hugues et Drew Gooden. L’option « Rose alone » est tellement fréquente que Robin Hood passe pour un scoreur pur aux yeux de David Thorpe, journaliste reconnu d’ESPN (15,2 tentatives par match, presque autant que le croqueur officiel, Ben Gordon).

--Il est vrai que Rose s’est montré digne des attentes du staff, tout comme il s’est montré digne du statut de franchise player que le staff lui a collé sur le dos mais trouvez-vous normal que les clés de la franchise soient confiées à un joueur de 20 ans encore boutonneux, un meneur qui plus est, poste particulièrement cérébral et difficile qui demande de l’expérience et de la maturité ? Chicago est en train d’empiler les responsabilités sur le rookie dont certaines qui ne lui sont pas naturelles comme le scoring, au lieu de le laisser se couler en douceur dans le rôle de pilote de l’équipe. Rose n’a pas pris de ses mains le job de franchise player, ce sont les dirigeants chicagoans qui lui ont délicatement remis le titre. Sans parler du fait qu’un franchise player est toujours plus fort quand c’est lui-même qui s’est imposé, il est difficile de trouver cela pertinent lorsqu’il s’agit d’un joueur qui se pointe dans une team qui comprend des joueurs reconnus comme Deng, Gordon et Hinrich.

--Les Bulls auraient peut-être dû laisser Rose se concentrer sur des domaines précis dans lesquels il possède un certain confort comme faire tourner la balle, secouer les défenses par sa vitesse, tentez une pénétration lorsqu’une opportunité se présente, afin qu’il puisse diffuser un vrai jeu cohérent avant de peut-être sublimer celui-ci par ses formidables capacités (et sa progression).

--Rose s’en sort finalement bien (ça montre bien tout son talent et sa force mentale) mais collectivement, la copie est d’une grande pauvreté alors que c’était sur ce point qu’il avait été préféré à Beasley (par les scouts, si ce n’est pas par Chicago) quand bien même la grande faiblesse des Bulls était (et est toujours) le secteur intérieur.

--Cette pauvreté collective n’est pas étonnante au vue de la stratégie utilisée (enfin, « stratégie » c’est beaucoup dire…), mais surtout, dans cette configuration, l’évolution de Derrick Rose risque de plus le rapprocher du meneur scoreur Baron Davisesque que du meneur architecte et moteur d’une franchise comme le furent Jason Kidd et Steve Nash a un certain moment et comme l’est Chris Paul aujourd’hui.

--D’ailleurs, Rose a déjà perdu une de ses qualités premières sur la route de Chi-Town. Alors qu’il était un défenseur de premier ordre à l’Université, c’est à peine s’il a un impact de ce côté du terrain actuellement. Transition difficile ? Peut-être, mais David Thorpe (oui, c’est le même article qu’un peu avant et que celui que j’avais utilisé pour Beasley. Je vous l’avais dit qu’il était intéressant ce papier) voit les choses autrement. Il explique que le jeune meneur dépense trop d’énergie en attaque pour pouvoir être efficace en défense. Résultat, DJ Augustin qu’il avait muselé lors du tournoi NCAA lui a enfilé 29 pions.

--A partir de là, on peut comprendre tout le problème de Chicago et l’incohérence du jeu mis en place. En faisant de Rose la première option, les Bulls se brident offensivement et se coupe la possibilité d’imposer une grosse pression défensive sur le meneur opposé, moteur de l’attaque adverse. Et comme la défense collective ne permet pas de réellement d’enrayer cette dernière, Chicago se retrouve avec une défense limitée en plus d’une attaque pauvre.

--S’il y a une carence à Chicago qui est identifié depuis une éternité, c’est leur capacité à marquer à l’intérieur. Mis à part Drew Gooden peut-être, ni Tyrus Thomas, ni Jooks Noah ou Aaron Gray n’ont les skillz pour apporter régulièrement des points. On peut disserter indéfiniment sur le caractère cubique des mains de chacun de ces joueurs, toujours est-il qu’avec un meneur capable de déstabiliser n’importe quelle défense par son explosivité et des menaces extérieures comme Gordon, Hugues, Hinrich et même Nocioni qui obligent les défenseurs à les coller jusqu’à la ligne des trois points, les Noah, Thomas et compagnie devrait avoir leurs lots de paniers faciles, aussi manchots soit-ils.

--D’ailleurs, avec une mobylette altruiste et doté d’une belle vision de jeu pour meneur, comment se fait-il que la mobilité des intérieurs chicagoans (mettons Aaron Gray de côté) ne soient pas exploités ? Savamment utilisé, je ne vois pas pourquoi Gooden, Thomas et Noah ne pourraient pas se poster aux alentours de la dizaine de points par match.

--Et puis comment ne pas profiter des monstrueuses qualités athlétiques de Tyrus Thomas ? Si Tyson Chandler peur afficher huit-neuf points de moyenne, Thomas peut en mettre quinze avec un pourcentage semblable, rien que sur le dos de ses aptitudes physiques. Il suffit qu’il soit mis en position de claquer un dunk pour que ça fasse deux points et Derrick Rose possède les moyens de créer de telles situations (si en plus Thomas pouvait se construire un minimum de jeu sans ballon, ça risquerait d’être toute une affaire d’arrêter ces deux-là).

--Cette combinaison potentielle entre Robin Hood et les intérieurs très mobiles de Chicago (particulièrement Thomas) avait déjà été goulument soulignée par différents observateurs, notamment les spécialistes de la draft, lors de leurs réflexions estivales. Et voyez-vous, c’est bien dans la perspective d’avoir un meneur capable de construire un jeu cohérent qui impliquerait tout le monde et qui rendrait chacun meilleur que tout le monde insistait pour que Chicago s’attache Derrick Rose.

--Il serait vraiment mais vraiment compliqué de proposer une défense efficace face à ces Bulls-là : les bloquer à l’extérieur signifierait ouvrir des espaces dans la raquette et réciproquement, bloquer la peinture reviendrait à installer fauteuils et canapés derrière les 7,23 m pour Gordon et les autres. Sachant que la vitesse serait un élément indissociable de leur jeu, je ne vous raconte pas la galère pour les mecs d’en face. Trop de solutions à couvrir, trop de vitesse pour les suivre.

--C’est pour ça que tout le monde voyait Chicago tout casser dès maintenant. Et n’oubliez pas qu’il faut y scotcher une défense qui pourrait être solide maintenant et létale demain. Bien qu’encore verts, Noah et Thomas peuvent prendre des fours de rebonds, interdire l’accès de quelques balles au panier (sachant que pour disons deux contres par match, vous pouvez compter six ou sept tirs qui ont dû changer de direction sous la menace de leurs mains balayeuses) et apporter leur activité défensive tandis qu’un Rose mieux géré pourrait pourrir la base de lancement de l’attaque adverse. Il ne manquerait plus que les extérieurs Deng, Gordon et Hinrich retrouve leur agressivité aux côtés de Nocioni, pour que l’United Center devienne l’un de ses endroits en Amérique où il ne fait pas beau prendre des vacances.

--Vous voyez le décalage entre la réalité et le potentiel ? J’ai l’impression d’avoir Ralph Sampson devant les yeux où Tyson Chandler pour les plus contemporains. Mais ce qui est bien avec le potentiel c’est qu’on peut toujours espérer qu’il soit réalisé un jour. De ce fait, on ne pourra pas s’empêcher de garder un œil sur les Bulls (de toute façon, on ne peut plus les lâcher depuis un certain Michael J.).

--C’est pour ça qu’ chacun de nous va scruter attentivement chaque nouvelle en provenance de Chicago car peut-être que l’une d’elle pourra nous laisser croire à un pas de plus vers cette concrétisation de leur potentiel.

--Ainsi, on va se demander quand est-ce que Coach Del Negro sera renvoyé et par qui il sera remplacé. On surveillera aussi attentivement le marché des transferts dont les rumeurs ne cessent de frétiller lorsque le nom de Windy City est lancé sur la table (Hugues, Gooden). On attend aussi de voir l’impact de Kirk Hinrich lorsqu’il aura trouvé toutes ses sensations après ses blessures pour voir s’il peut s’adjuger un peu de responsabilité de jeu et ainsi offrir une nouvelle dimension au jeu chicagoan. Enfin, on se demande si Derrick Rose sera capable de sortir des consignes pour faire ce que lui pense être le mieux pour l’équipe, c'est-à-dire jouer son jeu.


--[Edit : Il me semble qu’il y a du mieux au niveau du jeu (un peu) mais Rose continue de prendre beaucoup de shoots, symptôme de ce que j’ai développé dans le texte ci-dessus. Peut-être bien que Coach Del Negro est en train de progresser aussi. Pour être sincère, je n’ai pas eu l’occasion de voir des matches entiers des Bulls depuis un petit moment donc je ne peux pas me prononcer sur cette évolution. Donc mon analyse est peut-être déjà dépassée ou seulement valable en partie. N’hésitez pas à balancer vos observations. De toute façon, comme je l’ai dit, je compte garder un œil sur eux et vous risquez d’avoir des nouvelles à un moment ou à un autre.]



Pronostic : En l’état, je pense qu’ils vont rater les play-offs (même s’ils ne seront pas loin) mais je me demande ce qui va se passer si l’équipe est modifiée (coach et/ou joueurs,…).


Notes:
- Joakim Noah joue enfin. On peut peut-être lui reprocher pas mal de choses, mais sa productivité était déjà évidente lorsqu’il ne jouait pas beaucoup (8 rbs et 3 contres en 14 minutes face aux Wolves, 9 rbs en 19 minutes contre Denver, 13 rbs en 23 minutes face à Boston, 5 rbs et 4 blks en 19 minutes contre New York).
- Je continue de charger le jeu des Bulls mais il y a aussi une autre solution de jeu qui serait intéressante : celui de la sélection américaine cet été.
- On peut se moquer de Drew Gooden pour ses innovations capilo-pileuses (qui sont en fait des hommages à des styles old school, je crois): part 1, part 2 et part 3. Mais au moins, ça bouge un peu le monde aseptisé de la NBA (et puis on se marre bien).
- Hugues en a marre de ne pas avoir le temps de jeu qu’il mérite (enfin, qu’il croit mériter), alors ça fait des lustres (poussiéreux) qu’il demande une amélioration de la situation ou un transfert. Ça tombe bien, il fait partie avec Gooden des candidats aux départs pour rééquilibrer l’effectif. D’ailleurs, aucun joueur, mis à part Rose et peut-être Deng n’est à l’abri d’un transfert.
- Alors que la date limite des transferts approche avec ses bottes à sept lieues, les rumeurs de gros trade affolent la cité venteuse. Just, keep a watch on the news.
- Tyrus Thomas est clairement un bust de la draft (sélectionné en n°4 devant Brandon Roy). Mais le pauvre bonhomme l’est encore plus lorsque l’on sait que Chicago avait le second choix, qu’ils ont pris LaMarcus Aldridge et l’ont échangé contre Thomas. Bah, ce n’est pas la première fois que les dirigeants de Chi-Town se foutent le doigt dans l’œil (recrutement à prix d’or de Ben Wallace après avoir laissé partir Tyson Chandler, échange d’Elton Brand contre Tyson Chandler fraîchement drafté,…).
- Dennis Rodman me manque.
- Hein ? Ah, oui, Jordan aussi.


Et si… ?

--Et si Mike D’Antoni avait attendu un peu avant de décider de s’engager à New York ? Je veux dire, et si l’italo-américain avait attendu le lendemain de la draft lottery pour prendre sa décision ? Ne pensez-vous pas que si il avait attendu ce jour, il aurait choisi Chicago plutôt que New York ?

--Non mais sans rire, quand on voit ce que l’Italo-américain a fait avec Chris Duhon (12,5 pts 8 ast) et que sous ses ordres, Steve Nash a obtenu deux titres de MVP malgré sa défense, on peut imaginer avec un petit pincement au cœur ce que cela aurait été avec Derrick Rose. Quasiment tout chez Robin Hood s’inscrit merveilleusement dans le système de jeu de D’Antoni. Altruiste et clairvoyant, Rose aurait aussi apporté son incroyable vitesse qui aurait certainement fait triper le coach moustachu. Qui de mieux que lui pour installer une attaque qui cherche à scorer en moins de sept secondes ?

--Réfléchissons un instant à l’importance du meneur de jeu dans le dispositif de Mike D’Antoni et au besoin qu’il avait de trouver un « moteur » à son équipe lorsqu’il a débarqué du côté de l’Hudson (c’est bien Chris Duhon, pourtant jugé limité qui sera ce « moteur » avec le succès que l’on connaît). On peut tout de suite comprendre la force d’une équipe coachée par D’Antoni et dont le « moteur » serait équipé des aptitudes de Rose. D’ailleurs, quelles sont les chances pour l’italo-américain de trouver un meneur de cette trempe ? Difficile de passer à côté d’une telle opportunité.

--Je pense que le facteur Rose aurait définitivement fait pencher la balance dans le sens de Windy City. Parce qu’il ne faut pas oublier que D’Antoni a longuement hésité avant de signer pour Gotham, et Chicago avait déjà de solides arguments. L’effectif était déjà bien rembourré en talent avec des joueurs qui ne dépareilleraient pas dans la philosophie de D’Antoni. Avec un jeu offensif en première intention et des sacs de tickets shoot pour chacun, Ben Gordon, Luol Deng, Kirk Hinrich et les autres auraient certainement pris leur pied, tout comme l’idée de diriger une équipe qui comprend au moins cinq joueurs (Hugues et Nocioni en plus des trois déjà cité) capable d’allumer à distance a dû donner quelques frétillements à l’imagination de Magic Mike.

--Mais paradoxalement, c’est l’élément le plus décevant de l’effectif chicagoan qui, selon moi et d’autres, attisait le plus les trépignant neurones de l’italo-américain : Tyrus Thomas. Au fait savez-vous pourquoi l’ancien freshman de LSU est considéré comme une pure déception ? A cause de l’immense potentiel qu’il trimballe depuis près de trois ans. Et pourquoi lui prête-on un tel potentiel ? Parce qu’il possède des qualités athlétiques absolument démentielles.

--Thomas est à la fois explosif et capable de sauter par-dessus tout le monde, ce qui devrait en principe lui permettre d’attaquer le cercle comme grand-mère fait du bon café. Dès lors, on peut imaginer voir Thomas faire ce que faisait Amare Stoudemire sous les ordres de Mike D’Antoni. Sauf que ce bon Tyrus est plus athlétique et plus explosif que l’intérieur des Suns. Vous voyez le potentiel d’un Thomas bien intégré dans le système de D’Antoni ? Imaginez Thomas, ballon en main et lancé comme un dragster dans les espaces proches du cercle que lui offrirait le mouvement perpétuel produit par le système D’Antoni et vous comprendrez ce que je veux dire. Beaucoup comme moi pensait que le coach moustachu serait capable d’exploiter au maximum les qualités de Thomas et ainsi d’enfin traduire son potentiel en statistiques sonnantes et trébuchantes.

--Maintenant, visualisez le tandem Tyrus Thomas stoudemirisé/ Derrick Rose. Pick and Roll en mode Usain Bolt qui se terminerait systématiquement par un tomar sanglant, alley-hoop en chaîne, déstabilisation permanente des défenses créant des brèches dans lesquelles tant Rose que Thomas pourrait s’engouffrer pour planter, voilà ce que pourrait donner ce duo bien utilisé. Ensuite, ajoutez-y la capacité à dégainer à 3 pts habituelle des équipes de D’Antoni et vous vous retrouvez face à une espèce de chimère sortie d’un Final Fantasy d’où les dangers peuvent pleuvoir de partout en une petite poignée de secondes. De quoi saliver, les yeux longuement perdus dans le vague.

--D’ailleurs, Jo Noah aurait aussi trouvé sa place dans le dispositif de l’italo-américain. Actif et mobile, il correspond au style recherché et même si son jeu n’est pas vraiment aérien en soi, il peut monter haut pour écraser un dunk aussi bien qu’il peut courir en contre-attaque ou à l’occasion d’un pick and roll. Évidemment, il ne serait jamais aussi efficace que pourrait l’être Thomas (dans mon imagination en tout cas) mais à vrai dire, ce n’est pas de ce côté du terrain que Jooks aurait pu séduire D’Antoni.

--Même s’il a encore beaucoup de progrès à faire, Noah est un vrai pivot à vocation défensive. Formidable au rebond, présent au contre, hargneux voire rageux et complètement voué à l'équipe, il pourrait à terme devenir la caution défensive qu’il manquait à Phoenix aux côtés de Stoudemire.

--Et voilà l’une des autres raisons proches d’orienter le choix du coach vers la capitale de l’Illinois. Contrairement aux Suns ou aux Knicks, Chicago possède un réel potentiel défensif mais surtout ce potentiel pourrait être déployé au sein même du jeu de D’Antoni (chose incroyable, non?). Noah et Thomas font tous les deux preuve d’un véritable dévouement défensif et forment un duo mobile, actif et très vertical, ce qui permet d’apporter un minimum de défense sans que l’équipe perde en vitesse et en dynamisme de l’autre côté du terrain.

--Plus encore, D’Antoni aurait pu faire un joli pied-de-nez aux critiques qui l’assaillaient lors de son épopée dans l’Arizona car le coach aurait pu être dans une situation où son attaque serait sublimée (oui, plus encore) par la défense. En effet, alors que Phoenix était un peu limité aux rebonds, Noah et Thomas sont tous les deux très performants dans ce domaine. Or, qui dit rebond, dit possession et donc chance de marquer un panier. Les équipes de D’Antoni sont très prolifiques offensivement mais si en plus l’une d’elles prend plus de rebonds et donc s’offre plus de possessions que l’adversaire, les possibilités de victoire de ce dernier vont tragiquement s’amenuiser. Surtout si l’on ajoute la capacité de Derrick Rose à empoisonner le meneur opposé et ainsi à handicaper l’ensemble du jeu adverse.

--Je ne pense pas qu’on puisse voir un jour une défense complètement imperméable avec le système de D’Antoni car ce type de défense fait appel à un comportement, à mon avis, bien trop éloigné de celui que demande l’attaque D’Antonienne. Par contre, je pense qu’il suffirait d’ajouter à cette attaque très performante un minimum de défense fiable en plus d’une véritable présence au rebond pour qu’une telle équipe puisse passer un cap. Celui que les Suns de la belle époque n’avaient pas su franchir.

--Je fais du trio Rose, Thomas et Noah le facteur décisif dans l’hypothétique choix de Magic Mike d’aller à Chicago parce qu’il correspond magnifiquement à sa philosophie et qu’on peut espérer qu’il puisse endiguer la lacune principale de son dispositif (la défense) sans que le point fort (l’attaque) n’en ressente le contrecoup, mais aussi parce que ce trio est jeune et constitue une page blanche pour D’Antoni.

--Je pense que l’idée de façonner ce trio selon sa vision et de les développer pour en faire des pointures est le genre de projet qui ferait frissonner ses moustaches de plaisir. C’est vrai, formater des joueurs à très fort potentiel comme on l’entend de sorte à pouvoir laisser libre cours à sa philosophie de jeu, être à l’origine de leur réussite individuelle et être l’architecte du début à la fin de l’éventuel succès de la franchise, c’est le rêve de tout entraîneur, non ?

--D’ailleurs, je ne pense pas les liasses de billets épinglées au contrat new yorkais soient la principale raison du choix de Mike la menace. Au contraire, l’idée de partir d’une franchise moribonde, de la reconstruire et d’en faire une équipe de valeur est selon moi le challenge qui a attisé l’esprit de D’Antoni.

--Donc peut-être que D’Antoni aurait malgré tout penché pour New York étant donné que le challenge y était bien plus relevé et que du côté de Gotham, Mike aurait vraiment eu à reconstruire la franchise du sol au plafond. Mais en même temps, il aurait vraiment mais vraiment été difficile de résister à la perspective d’avoir sous ses ordres Derrick Rose et d’en faire la star que son potentiel lui promet comme à celle de transformer le bust Thomas en cador (prouvant ainsi sa capacité à sublimer n’importe qui).

--Je pense aussi qu’autre chose aurait pu titiller les désirs de l’ancien de Trévise. L’effectif des Bulls est déjà bien chargé mais complètement déséquilibré et comprend quelques joueurs talentueux (donc de valeurs) mais pas indispensable en eux-mêmes (Larry Hugues, Drew Gooden notamment mais la liste peut s’allonger selon les désirs du coach). Ainsi, D’Antoni aurait eu la matière pour transformer l’effectif selon ses désirs à coup de transferts bien sentis. Le petit Mike aimerait avoir un 4 plutôt shooteur ? No problem, un Al Harrington ou Tim Thomas aurait pu venir contre quelques bons morceaux de l’effectif. Je me demande même si l’ancien coach des Suns n’aurait pas pu rameuter Boris Diaw et Raja Bell, ou encore Leandro Barbosa. Enfin bref, les possibilités sont assez nombreuses avec un tel roster dont on sait qu’il comprend des talents qui peuvent être superflus pour un coach comme lui.

--Mais voilà, D’Antoni s’est décidé un peu tôt. Remarque son choix est loin d’être idiot puisqu’il a eu l’occasion de prouver son talent et qu’avant que l’ordre de la draft ne soit dévoilé, New York avait plus de chance d’avoir le premier choix de draft que Chicago. Et sinon, les Knicks avaient quoiqu’il arrive l’assurance d’être plutôt bien placés.

--Et puis de toute façon vous savez, avec des « si », je ferais un battle de danse classique avec Gengis Khan. Ou alors le boss des Bulls me passerait un coup de fil pour que je prenne la place de Del Negro.

StillBallin

10 commentaires:

Anonyme a dit…

c'est vrai que quand on voit ce que d'antoni à new york, chicago aurait pu être violent avec lui.
je me demande bien quelle tête l'équipe aurait eu avec lui parce que je pense aussi qu'il aurait fait des transferts. Duhon serait surement resté, par contre Gooden, je sais pas.

Tinmar a dit…

Pour moi, le gros si est "et si les Bulls avaient choisi Beasley en n°1 ?" : sans Rose, Hinrich ménerait encore le jeu, ne se serait surement pas blessé, et aurait été un distributo/défenseur que n'est pas (plus ?) Derrick Rose. Beasley aurait alors joué en 3 ou 4, et aurait été l'option offensive priritaire dans le système de VDN (qu'est actuellement Rose). En 3, il aurait été puissant et aurait attiré le 4 adverse (laissant un boulevard à Thomas) ; en 4, il aurait as mal rapide, attractant une double adverse (et donc un boulevard from downtown pour Gordn, Kirk ou Steve Kerr... pardon, je m'égare).

Sinon, ton analyse du jeu des Bulls avec Rose est bien exacte : j'ai eu l'occasion de voir quelques matchs des Bulls cette saison (une bonne dizaine), et en effet, mis à part Rose et Gordon, peu de joueurs touche la balle (c'est limite inquiétant). Bref...

J'attends de voir si Paxson (ou pas, Foreman est à l'affut) va faire un petit quelque chose avant le 19 février... Après cette date (et si mouvement il y a, je croise les doigts), il peut etre interessant de faire une autre analyse !

StillBallin a dit…

Effectivement, si il y a du changement faudra observer. De toute façon, comme je disais, on aura toujours un œil sur les Bulls.

C'est que le "Et si Chicago avait sélectionné Sentenza" est aguicheur d'autant plus qu'il y a eu un vrai débat sur qui devrait prendre les Bulls. Cette hésitation était perceptible dans nos prévisions: http://unlimitednba.blogspot.com/2008/05/nba-draft-2008-analyse-complte-du-top.html

Tu verras d'ailleurs que j'évoque le cas Hinrich. Je file les deux commentaires qu'on avait fait après la draft pour expliquer comment on voyait les choses sur le moment:

http://unlimitednba.blogspot.com/2008/07/stillballin-prsente-mercato-via-la.html

http://unlimitednba.blogspot.com/2008/07/draft-2008-analyse-1-semaine-aprs.html

Donc moi, je suis convaincu que Rose et le bon choix encore aujourd'hui malgré l'utilisation que les Bulls font du meneur, parce que je pense qu'une évolution viendra et ensuite parce que Beasley a quand même du mal, notamment à l'intérieur (voir cet article sur Miami et notamment l'article d'ESPN qui est en lien: http://unlimitednba.blogspot.com/2009/01/nba-previewcommentaire-miami-heat.html)

En ce moment, B-Easy s'écarte plus qu'autre chose et un scoreur de plus à Chi-town (surtout lui) n'aurait rien fait pour arranger les choses.

Après, on peut imaginer qu'avec un bon coaching, tout se passe comme tu l'as dit Tinmar. Sauf que si Del Negro n'est pas parvenu à construire un jeu avec un joueur altruiste et tourné vers l'équipe comme Rose, comment aurait-il pu le faire avec Beasley?

Aussi, l'association Thomas/Beasley peut être très intéressante comme tu l'as dit mais il y a quand même un risque que les deux se marchent sur les pieds (sachant que sur le poste 3, il y a Luol Deng en plus de Nocioni qui navigue entre les postes 3 et 4).

Par contre, dès que Beasley sera parvenu à être à l'aise pour scorer près du panier, la couverture offensive sera plutôt alléchante notamment comme tu l'as souligné avec l'idée d'une belle alternance entre l'intérieur et l'extérieur (même si ça pourrait être au détriment de Thomas, sauf si les deux trouvent une entente sur le terrain et que l'embouteillage sur les ailes et bien géré).

De mon côté, si trade il y a j’espère qu’il ne bouleversera pas l’effectif car comme je le dis dans l’article, j’aime vraiment beaucoup le potentiel de ce roster et a fortiori parce que pour être bon, les Bulls devront développer un très beau jeu, tout en vitesse et en collectif (seule moyen pour que Thomas et Noah puisse être efficace offensivement). De quoi se régaler.

PS : Tinmar, si transfert il y a, n’hésites pas à me faire signe pour une analyse croisée.

StillBallin a dit…

Je fais un second post pour répondre au commentaire d’Anonyme qui part dans une autre direction que celui de Tinmar.

Si D’Antoni avait revêtu le costar marqué de la tête de taureau, je ne suis pas sûr que Duhon serait resté parce que Big Mike ne s’en est jamais trop sorti avec les meneurs remplaçants. Le seul qu’il a eu à Phoenix fut Marcus Banks et cela s’est soldé par un échec qui fait encore roussir la moustache du coach (c’est lui qui l’avait fait venir). Depuis et même après avec New York, D’Antoni n’a jamais eu de véritable meneur remplaçant, seulement des combo très combo comme Leandro Barbosa ou Nate Robinson.

Mais c’est vrai que Chicago ne possède pas ce genre de combo. Ben Gordon a un peu le profil de dynamiteur décomplexé qu’ont Barbosa et Robinson mais il ne peut pas vraiment tenir le poste 1. Je pense donc que D’Antoni aurait essayé de récupérer quelqu’un pour occuper ce rôle (et peut-être fait dégager Duhon et même Sefolosha). Barbosa et Robinson aurait peut-être pu eux-mêmes être pris pour cible mais d’autres aussi conviendrait comme Jannero Pargo ou Roger Mason.

Je n'y pense que maintenant mais il aurait été possible que ce rôle soit aussi dévolu à Larry Hugues qui avait montré quelques capacités à la mène à une certaine époque.

D’Antoni aime bien les powers capables de shooter à 3 pts, type de joueur dont il s’est rendu compte de l’importance dans son dispositif lorsque Shawn Marion est parti à Miami. C’est certainement pourquoi une fois à NY, il s’est débrouillé pour récupérer Al Harrington et Tim Thomas (avec le succès que l’on connaît). A Chicago, D’Antoni possèderait ce power adroit de loin en la personne de Nocioni. Et au besoin, il aurait pu récupérer Tim Thomas en menace de soutien pour pas grand-chose.

Sinon, des shooteurs qui ont bien compris leur rôle comme Raja Bell seraient toujours les bienvenus pour le coach moustachu.

Ça c’est ce que je peux imaginer par rapport aux habitudes de Mike la menace. Moi, je pense que j’essaierai de récupérer un ailier all-around fort défenseur, opportuniste et dont la mentalité serait tournée vers l’équipe comme Nicolas Batum ou Renaldo Balkman.

Je pense que j’aurais aussi cherché à chopper un intérieur supplémentaire du genre combattif avec une bonne mentalité. Peut-être un joueur un peu expérimenté comme PJ Brown avant qu’il décide d’arrêter ou Brian Skinner.

Et puis des allumeurs à distance comme Daequan Cook, Raja Bell, Daniel Gibson,…

Mais, il y a un truc qu’il ne faut oublier, c’est de prévoir de la place dans la masse salariale pour les futurs contrats de Tyrus Thomas, Joakim Noah et surtout Derrick Rose (sans parler du cas Ben Gordon).

dough boy a dit…

Je viens de voir que Tyson Chandler transféré au thunder. C'est marrant parce que je pensais à lui pour Chicago avec D'Antoni. Je pense qu'on aurait vu pas mal d'alley-oop. En plus, Chandler a failli aller à Chicago en vrai contre Joakim Noah et Drew Gooden mais les hornets ont refusé (je pense que c'était mieux que contre wilcox et smith)

StillBallin a dit…

Tiens Larry Hugues à New York. Moi qui me demandais si dans le monde parallèle où D'Antoni aurait signé à Chicago, le coach moustachu aurait pris Hugues dans le rôle de combo guard polyvalent.
Ce transfert arrive à point nommé pour montrer ce que D'Antoni va en faire (même si le fait qu'il y ait Nate Robinson change la donne).
Mais en tout cas, ça montre bien que D'Antoni avait quelques affinités avec l'effectif des Bulls.

Tinmar a dit…

Voila, on se retrouve donc avec Brad Miller, John Salmons, Tim Thomas, Jerome James et Anthony Roberson qui débarquent. Dans l'autre sens, ce sont Nocioni, Hughes, Gooden, Simmons et Ruffin qui partent.
Nous obtenons donc l'arrivée d'un vrai pivot, de deux combo, d'un artilleur à la Robert Horry, et de deux joueurs inutiles.
Je trouve que ce sont des belles acquisitions : avec Brad Miller, ils sont récupéré un pivot polyvalent, qui va pouvoir apprendre ce qu'est le basket aux petits jeunes que sont Noah, Thomas et Gray. Avec Salmons, ils ont trouvé le titulaire qui fera que Ben Gordon sort du banc (son meilleur poste), et avec Thomas, ils ont l'expérience du gars qui n'en veut, un peu comme Nocioni au final : pas mal, sachant qu'il fallait se débarasser des contrats de Hughes et Gooden, c'ets vraiment pas mal !

StillBallin a dit…

Ouais, il fallait se débarrasser de Hugues qui n'arrêtait pas de se plaindre et qui était loin d'être indispensable, Gooden n'est comme on le savait depuis le début que de la chair à transfert, par contre Nocioni pour le coup c'est un peu ennuyeux. En même temps, pour faire un bon trade, faut quand même lâcher du pas mauvais.

Le gros apport est bien sûr Brad Miller, excellent pivot intelligent et bon passeur. Il devrait apporter du scoring à l'intérieur et de manière générale sa présence. Il constituera un excellent point d'appui notamment pour resservir les shooteurs. Encore faut-il savoir l'utiliser. Parce qu'avec Chicago, c'est plus le jeu qui est en cause. Quand on ne sait pas utiliser Derrick Rose (selon ma conception bien sûr), comment utiliser un pivot, qui plus est, sous-côté et en fin de carrière? Sur le papier, le jeu pourrait merveilleusement s'articuler autour d'un cinq Rose-Gordon-Deng-Thomas-Miller, mais je le répète, un vrai jeu pouvait aussi se déployer avant, sauf qu'il n'en était rien. Ainsi, il reste pas mal d'interrogations mais effectivement, les cartes sont mieux redistribués.

J'espère néanmoins que cette arrivée ne vas pas brider Joakim Noah qui faisait vraiment plaisir à voir dernièrement et qui peut vraiment s'affirmer comme le genre de role player exceptionnel (notamment pour ce qui est du rebond) que beaucoup d'équipes s'arrachent. Mais comme le dit Tinmar, Miller sera certainement un excellent mentor pour lui (sauf peut-être pour la défense où il faudra aller voir ailleurs) et puis il est pas tout jeune. Rien ne pourrait être mieux pour Noah s'il parvenait à lui passer dessus.

L'autre gros élément du package, c'est John Salmons. L'idée d'en faire un titulaire est intéressante même si cette année, Gordon semble avoir trouver la bonne carburation en tant que starter (et maintenant acceptera-il de sortir du banc?). Personnellement, je n'ai pas beaucoup vu joué Salmons (en même temps, il jouait aux Kings) donc je n'ai pas de véritable avis sur lui sauf ce que j'en ai entendu. Et ce qui revient, c'est que pour lui, passer n'est que la troisième option derrière shooter et encore shooter. Un individualiste, ce n'est pas vraiment ce que les Bulls ont besoin, eux qui ont déjà un jeu bien pauvre. Heureusement que Hugues et Sefolosha ont pris leur baluchon pour faire de la place, sinon son arrivée aurait pu créer plus de problèmes que le club aurait pu en supporter (Hinrich était aussi annoncé sur le départ mais il sera encore un taureau jusqu'à la fin de la saison).

Ainsi, la question reste entière avec l'arrivée de Salmons. Pour moi le seul vrai apport de ce côté est Brad Miller (et encore, je ne sais pas si le pivot vaut la perte de Nocioni).

Après du côté des arrivées en provenance de NY, c'est surtout histoire de balancer Hugues. N'auraient-ils pas pu récupérer mieux? Peut-être pas, ça fait deux ou trois ans que Hugues a perdu l'essentiel de sa côte. Ainsi dans l'ensemble, Salmons vaut certainement mieux que Hugues (mais on va attendre de voir quand même). Tim Thomas a un profil très intéressant pour cette équipe mais son côté mou du genou peut le rendre tout à fait inutile. Certes il était plutôt bon à NY mais ça c'est l'effet D'Antoni. Il y avait eu pareil deux ou trois ans avant, Thomas s'était engagé au milieu de la saison avec les Suns de D'Antoni alors qu'il pointait aux assedic. Sa côte était remonté après avoir terminé la saison en laissant de bien belles images et il avait signé aux Clippers pour finalement se contenter de regarder les matchs. Donc je n'espère pas grand chose de lui mais sait-on jamais.

Enfin, dernier transfert intéressant, Sefolosha contre un premier tour de draft d'Oklahoma City. Euh, il faut d'abord ajouter que le Thunder n'envoie pas leur propre choix de draft, celui qui est plus ou moins assurer d'être dans le top 5, à Chicago contre le suisse (sont pas taré). En réalité le Thunder possède plusieurs premier tour suite à des échanges et ils fileront à Chicago celui qu'ils ont envie (donc le plus éloigné du n°1 en principe). Toutefois cela pourrait être entre la 20ème et la 30ème et les Bulls auront la chance de récupérer un bon petit élément s'ils font le bon choix. ça ouvre des possibilités intéressante pour Chi-town.

Après est-ce que ça vaut Sefolosha? Ben on sait pas (faut attendre la draft), le suisse est un excellent joueur que j'aime beaucoup mais il était clairement sous utilisé et les Bulls avaient absolument besoin de faire de la place sur les lignes extérieures.

Pour le Thunder, là non plus on ne sait pas si ce trade vaut le coup mais Thabo correspond parfaitement à l'idée du projet de Sam Presti en tant qu'arrière très polyvalent, fort défenseur et qui n'hésite pas à servir l'équipe. Sa venue y correspond d'autant plus que Westbrook a semble-t-il trouvé sa voie au poste de meneur. Sur le papier l'addition est très pertinente, le seul problème, c'est que ce puzzle appelle un minimum de jeu et de collectif pour être efficace (notamment en ce qui concerne Sefolosha), ce qui n'est pas vraiment le cas aujourd'hui.

Voilà pour en revenir à Chicago, le trade a permis de rationaliser un peu l'équipe mais les problèmes restent les mêmes. La solution pourrait venir de la construction d'un véritable jeu exploitant efficacement les forces de l'équipe, que ce soit à l'initiative de Derrick Rose, de Del Negro, d'un nouveau coach ou d'autres choses (ou même spontanément).

D'ailleurs, ça me fait penser à autre chose. Comment construire un jeu avec le plutôt lent Brad Miller et les électriques Derrick Rose et Tyrus Thomas, sachant que le reste de l'équipe est plus dans la mobilité que le jeu posé?

Enfin bon, en tout cas, l'arrivée de Miller signifie en tout cas que mon phantasme de voir un jeu tout en mouvement et en vitesse de Chicago avec une paire d'intérieurs Noah-Thomas aussi mouvante et imprévisible que violente, savamment orchestré par la grinta de Rose, ne restera qu'un songe coincé dans mon esprit. Bah, ils avaient qu'à m'engager et pis c'est tout.

Tinmar a dit…

Je ne vais rebondir que ce sur ce t'as dit à propos de la futur relation Miller/Noah, car là, j'ai pas trop le temps... Oui, Miller va nécessairement apprendre des choses à Noah, assurément. Et oui, il apportera au Taureau sa touche offensive (passe et positionnement notamment).
Par contre, en effet, défensivement, le vieux n'apprendra pas à faire la grimace au plus jeune, mais est-ce un si grand problème ? Je veux dire, y a qu'à voir les stats de Noah : c'est un défenseur de nature, les contres et les rebonds défensifs, il sait déjà faire...
VDN aura alors le choix, d'une attaque plus posée (notamment en fin de match serré) avec Miller, ou d'un jeu en pass & gun à la Phoenix, avec Noah. Mais pour moi, le grand winner interne de ce trade, c'est Tyrus Thomas : je l'ai vu jouer quelque fois depuis le début de la saison, et j'ai l'impression qu'il ne sait pas trop quoi faire sur le terrain, ni où se placer. Avec un point d'appui comme Miller, qui en plus sait passer la balle, Thomas peut devenir une réelle force offensive, tout en puissance comme il sait déjà le faire (on peut espérer quelques prises à deux sur Miller si ce dernier est dans un bon soir).
Enfin, en sachant que Miller peut valoir un bon 14 points par match dans les bonnes conditions (soit Noah+Thomas+Gray, et j'exagère à peine), Rose pourra désormais plus s'appuyer sur l'intérieur.

Mais comme tu l'as dit, on ne vit pas dans un merveilleux monde où tout se passe bien, où les animaux parlent, et où donc Rose et Miller se trouveront les yeux fermés...

StillBallin a dit…

C'est vrai que Noah apporte déjà pas mal défensivement (heureusement), mais je pense qu'il accuse encore quelques lacunes comme le placement et la dureté. Je pense que Noah n'est pas encore capable de bloquer une raquette, de jouer les contrôleurs aériens ou d'être une véritable force de dissuasion.
J'en demande peut-être beaucoup mais, ce n'est que mon avis, je préfèrerais que le français devienne un intérieur à la Ben Wallace (version Pistons et dans un style différent évidemment), c'est-à-dire un élément qui peut dominer le jeu rien que par sa défense, avant d'ajouter quelques clefs à son répertoire offensif.
Je ne dis pas que Noah ne doit pas travailler offensivement, mais ce que je veux simplement dire c'est que j'aimerais qu'ils se concentrent en priorité sur la défense quand à sa progression. Parce que je pense qu'être exceptionnel en défense (surtout en défense) aura toujours plus de valeur pour une équipe qu'être bon défensivement et pas mauvais en attaque (je sais que cette position est des plus discutables et qu'il s'agit d'un avis totalement personnel, la position inverse étant tout aussi valable).
Évidemment, si en même temps de combler les déficits défensifs que j'ai cité avant, il peut se construire un ou deux moves très efficaces, je vais pas cracher dessus.
J'espère que Brad Miller parviendra au moins à lui inculquer la technique de la passe parce que le jeune aux cheveux-pétard a une mentalité altruiste mais il n'a pas les mains qui vont avec et cela pourrait s'avérer un atout tout à fait particulier et utile (faut aussi qu'il apprenne à attraper correctement les ballons parce que des fois ça craint vraiment).
En même temps, j'y pense, je ne sais pas si Miller aura tant un impact sur Noah car comme on le sait, les entraînements en NBA ne sont pas fréquents. Donc quand est-ce que l'ancien King pourra lui apprendre des trucs? De toute façon, Brad Miller ou pas, c'est à Noah de bosser.

J'aime moi aussi beaucoup l'idée de pouvoir alterner jeu rapide et jeu posé, sauf que je ne connais pas beaucoup d'équipe capable d'être aussi ambivalente. J'avais pensé que cela pourrait se passer comme ça à Phoenix lorsque Shaq a débarqué (Basketnews aussi), mais l'échec a été criant.
Du coup je me demande si cette capacité d'alternance ne relève pas du phantasme. Très séduisant en théorie mais impossible à mettre en œuvre. Je pourrais laisser le bénéfice du doute mais comme je le disais, les Bulls n'ont pas été capable de construire un vrai jeu jusque-là avec pourtant les joueurs pour (un meneur altruiste, des intérieurs défenseurs et tout le monde qui possède un style de jeu plutôt rapide), alors en construire un de cet ordre me paraît difficilement concevable (si dans trois mois ou même l'an prochain, les Bulls y parviennent avec le même coach, je veux bien m'excuser platement devant eux).

Sinon, c'est vrai que Thomas pourrait être le grand bénéficiaire de ce trade. Tu as tout à fait raison quand tu dis que Thomas est perdu sur le terrain (ça on le savait que son QI basket était limité, c'est d'ailleurs certainement la principale raison qui fait qu'il n'est pas aussi fort qu'il pourrait l'être). Il devrait effectivement tirer profit des espaces créer par Miller et de sa qualité de passe. Mais saura-t-il en profiter. Bah je suppose qu'il le pourra un peu quand même.
Mais tout dépens de lui. J'ai déjà dit dans cet article quelle puissante arme offensive Thomas pourrait être pour peu qu'il ait un peu d'espaces et qu'il sache les utiliser. Le jour où il aura pécho un jeu sans ballon quelque part au coin d'une ruelle, il sera vraiment impressionnant. Mais bon, le problème c'est que tous cela relève du QI basket. ça peut s'apprendre comme ça peut ne jamais aboutir.
Je fais souvent le parallèle entre lui et Amare Stoudemire et on peut peut-être se réferrer à ce que j'ai dit sur les difficultés du Sun lors de l'article sur Phoenix pour se faire une idée de la difficulté du cap à passer pour Thomas.
Mais bon, dans tous les cas, Thomas devrait être en mesure d'apporter entre 12 et 15 points de moyenne minimum et à un très bon pourcentage s'il parvient à comprendre quels sont les shoots qu'il peut prendre et lesquels il ne peut pas (mais bon ça aussi ça relève du QI basket).

Pour finir, on est bien d'accord, si on retrouve un Miller en forme sa capacité à mettre des points à l'intérieur peut déboucher sur une multiplicité de solutions, notamment avec Rose mais aussi avec les shooteurs. Reste encore à les concrétiser.

Il est vraiment stressant ce sentiment que les Bulls ont le moyen de faire des grandes choses, et cela de différentes façons qui plus est, et qu'ils ne sont pas capables d'en faire quelque chose de potable.