12 novembre 2008

NBA Preview: Detroit Pistons


The Question (Is
Iverson The Answer ?)

--Ah ben c’était cool ça, Merci Joe Dumars. A peine avais-je terminé ma preview sur les Pistons que se conclue le transfert Iverson/Billups. Mon boulot est foutu, tout à recommencer. Merci Joe.

--Bon, c’est vrai que je t’avais alors un peu taillé, toi qui avais annoncé le démantèlement prochain du gang que tu avais patiemment construit. Il n’en fut rien (ah oui Kwame Brown, c’est vrai). J’ai émis l’hypothèse qu’il s’agissait plus d’un coup de pression sur tes grognards embourgeoisés pour qu’ils attaquent (et finissent) la saison comme des gladiateurs Viêtcong qui savent que leur destin ne tient qu’à l’humeur de Joe Damoclès. Toi, tu as dit dans la presse que c’était parce qu’aucune offre suffisamment alléchante n’avait été glissé sous ta porte. Sur le coup, je me suis dit que c’était possible mais sans réelle conviction je dois dire. A croire que je t’ai vexé.

--Ainsi, je me questionnais sur le rendement de ta troupe remis en selle malgré une énième élimination en finale de conférence comme les banques qui sont relancés malgré leurs conneries. Je me disais que tu comptais sur ta brigade de jeunes crèves-la-dalle comme Stuckey le fils spirituel de Billups et Maxiell qui a voulu jouer avec le feu à propos de son contrat et l’idée de tester le marché (apparemment tu l’as vite remis en place). J’imaginais même les prémices d’émergence de l’ancien lycéen, Amir Johnson qui commence à en montrer les signes trois après avoir été drafté.

--J’évoquais aussi le nouveau coach et surtout les interrogations sur l’effectivité de son impact sur l’équipe que tu avais forgé. C’est vrai quoi, Michael Curry, réputé charismatique mais inexpérimenté, réussira-t-il là où le respecté Flip Saunders n’a pu que se charger des affaires courantes sans dévier la team de sa trajectoire pépère ?

--Pour être honnête, avec cette parole en l’air, ta draft et la signature de Kwame Brown, je croyais que tu avais perdu ta science. T’étais pas obligé de réagir si brusquement.

Preview NBA: Detroit Pistons, the remix

--L’arrivée d’Iverson à Detroit a fait naître beaucoup de questions en même temps qu’un délicat mélange de surprise, d’espoir et d’appréhension. Les Pistons ont échangé un ancien MVP des finales contre un ancien MVP de la saison régulière qui n’a jamais gagné de titre et qui vit chaque seconde comme si c’était la dernière. Intéressant.
















--Tout le monde connaît les qualités d’Ivy mais c’est peut-être son intensité et sa rage de vaincre que recherchais Joe Dumars. On a beaucoup critiqué les Pistons pointant leur embourgeoisement consécutif au titre 2004. Contrairement au Sheed, à Rip, Tayshaun et Chauncey, Iverson n’a jamais remporté le trophée et à 33 ans, il ne lui reste pas beaucoup de temps pour le soulever. Il est vrai que la légendaire intensité du seul mythe de Georgetown de moins de 2 mètres 10 a paru émoussée, mis en berne lors de ses années dans le Colorado mais la situation n’est pas la même. A Motor City, Iverson a une vraie chance d’arriver au bout (sans compter que c’est sa dernière année de contrat). Joe Dumars comptera certainement sur son leadership et son fighting spirit pour redynamiser les Pistons en compagnie des jeunes loups motorisés Stuckey, Maxiell et les autres.

Suite
StillBallin