31 mai 2008

Special Guest - Korver présente "Cachez cette tâche d'encre que je ne saurais voir"

(Article proposé par un chroniqueur indépendant invité sur ce blog, Korver.)

Après les shorts XXL et la liberté d'expression, le courageux Jason Whitlock de Fox Sports nous livre sur un plateau le dernier bouc-émissaire de la grande opération linge blanc de la NBA : les tatouages. Un article brillant qui nous explique sans aucune honte ou recul sur soi que les tatoos des starlettes NBA sont une entrave au bon business de la Ligue et que si les Finals sont suivies en ce moment, c'est parce que le roster de San Antonio est moins chargé en encre que que Melo et Iverson réunis. (Jr Smith n'est pas en reste)

Entendons nous bien, je me contrefous de la mode hip-hop gangsta et je trouve même ça tout aussi moche et ridicule quand c'est porté par des starlettes millionnaires égocentriques que tant d'autres styles fashion pour adolescents décervelés. La question n'est pas là : jusqu'à preuve du contraire les goûts esthétiques restent encore à la libre appréciation de chacun et vouloir empêcher un adulte majeur de disposer de son corps comme bon lui semble, tant qu'il n'affiche pas d'incitation au meurtre par tatouage interposé, me paraît une folie. Jason Whitlock étant lui-même noir, je l'absoudrais d'intentions racistes de base. N'empêche que.

J'ai déjà développé le problème de la politique puérile de la NBA, incapable de voir plus loin que le profil de son consommateur moyen. Pour dire les choses clairement, même si je n'ai aucune affinité pour la manière qu'ont Melo ou Delonte West de jouer les hommes sandwichs pour la mode streetwear, je trouve absolument à gerber toute cette vague de conformisme capitaliste sans cerveau. Que Stern veuille rentabiliser son business, que Jason Whitlock pense que la NBA n'est qu'un show télévisé pour familles respectables, c'est leur problème et on a bien encore le droit d'avoir les idées ineptes qu'on veut jusqu'à nouvel ordre.

Mais qu'on pense sérieusement à aller voir des gamins sortis du Bronx ou d'ailleurs, simplement fiers de montrer d'où ils viennent, et à leur dire " Désolé, mais Mr Jones n'aime pas trop les noirs tatoués comme vous et il aimerait passer un moment de détente avec sa famille sans être gêné à chaque fois qu'une caméra s'attarde sur ta tronche ", c'est confondant de connerie.

Ca montre d'une part le niveau de réflexion instinctif lamentable que peut avoir un journaliste cultivé et instruit vis-à-vis de la société dans laquelle il vit et d'autre part et d'autre part la malhonnêteté intellectuelle profonde de ce genre d'individus.

Monsieur Whitlock finit sa plaidoirie en usant d'une astuce typique pour les procureurs à la con dans son genre. Le coup de la victimisation et du génie incompris. Raisonnement : plus d'audience = plus de fric pour tout le monde dont les joueurs.


Conclusion : il faudrait interdire aux joueurs de ressembler à des prisonniers d'Alcatraz. Malheureusement, tout le monde n'a pas sa puissance de réflexion ... Bien triste effectivement Mr Whitlock, on imaginait déjà une loi visant à teindre en blanc, ou au moins à dé-foncer, les joueurs noirs passant mal à l'écran pour le simplet raciste texan de base ...

Woody l'avait dit, la connerie est bien la chose la plus également partagée ...

Article de Korver.

5 commentaires:

Highfly05 a dit…

Peut être que les tatouages que portent certains joueurs tendent à leur donner un style spécifique, qui attire une partie de la jeunesse, non seulement aux USA mais aussi à travers le monde. Donc on pourrait aussi soutenir que le style, parfois excentrique, de certains joueurs rapporte de l'audience et par conséquence de l'argent à la ligue. Personellement je m'en branle, ce qui compte c'est de voir de beaux matchs, et je préfère cent fois voir un Iverson, un JR Smith ou encore un Kobe jouer, que le pauvre Duncan et son jeu soporifique! (Il me semble cependant qu'il a également un tatouage...)

Olivier a dit…

[ L'éternel débat sur Duncan et son jeu de soporifique. Enfin y a pas moyens pour moi, ce qui compte c'est de gagner si on veut faire des cross de la mort qui tue, ( les mecs de mon âge et j'ai 16 ans )) ont pas tous compris ça, on va faire du street. Un point c'est un point, on gagne pas 2 points de plus en pétant la cheville du meneur adverse. ]

En plus si les jouers ne sont plus tatoués, ça leur coûtera moins cher, y aura plus de publics et plus de fric pour eux. C'est tout bénef =D

PS : qui aborde le tatouage à la Spider-man ?

Dominique a dit…

Un mec hors NBA arbore cette connerie.

Olivier a dit…

Il déchire le tatouage :D

spiderman tattoo a dit…

tatouage spiderman Grande, thankks pour votre annonce!