28 avril 2009

Jayson Williams : The Best Kept Secret

-
---Certains se souviennent peut-être de Jayson Williams, excellent pivot rebondeur des Nets de New Jersey (All-Star en 1998 avec une saison à 12,9 pts et 13,6 rbs). Après avoir quitté le monde professionnel (sur blessure je crois), il a continué à alimenter sa biographie avec des lignes estampillées « police report ». Sauf que là, il est passé à un autre stade :

---Jayson Williams, ancienne star des New Jersey Nets dans les années 90, a été arrêté cette nuit dans la luxueuse suite d'un hôtel de Manhattan. La police new yorkaise, qui avait été avertie par un proche du comportement suicidaire de Williams, a dû utiliser un taser car ce dernier tentait d'opposer une résistance à son hospitalisation.
---Williams a été trouvé ivre et agité dans sa chambre d'hôtel, entouré de flacons de médicaments vides et d'écrits suicidaires. En 2004, il avait été jugé pour avoir voulu masquer le meurtre de son chauffeur à sa résidence. Il a toujours prétendu que le tir de fusil avait été accidentel et que c'est sous l'emprise de la panique qu'il avait voulu masquer les faits. Il se trouve en liberté sous caution depuis l'affaire (basketnews.net).

---En lisant ça, une partie de mon cerveau s’est mis à trépigner. Je me souviens qu’il y a une dizaine d’années (je crois que c’était l’année du record des Bulls de Jordan avec 72 victoires pour 10 défaites), tranquillement installé dans un fauteuil trop pour moi et un verre de grenadine à la main, j’avais lu dans un magazine NBA (feu Basket In Action ?) une brève relatant les paroles de Williams qui expliquait que Chicago l’avait contacté afin de prendre la place de rebondeur attitré qu’Horace Grant avait abandonné. Il racontait qu’il avait dû passer toute une série de tests, notamment psychologiques et que les dirigeants avaient finalement décidé de prendre Dennis Rodman.
---L’intérieur des Nets avaient eu cette phrase : « … et ils ont choisi Dennis Rodman. J’ai vraiment dû me planter à ces tests ».



Apparemment, oui.


Conclusion n°1 : Chicago était vraiment des maîtres à cette époque.

Conclusion n°2 : Le psy des Bulls aurait peut-être dû transférer son analyse de Williams aux fédéraux, ça aurait évité pas mal de problèmes.

Conclusion n°3 : Si le psy de Windy City est si doué, pourquoi est-ce que les Bulls ont sélectionné Eddy Curry en quatrième position de la draft 2001 ?


Conclusion finale : Lorsqu’une franchise de la trempe de Chicago à l’époque préfère recruter Dennis Rodman qu’un autre type, méfiez-vous de cet autre type. Mais vraiment.

StillBallin