22 avril 2009

I (also) love this game...

.
Cette saison, le FC Barcelone est l'équipe la plus funky d'Europe. Grâce à un Piqué qui tente de remettre au goût du jour le brushing façon Tony Vairelles, un Eric Abidal aux centres plus fécales que de velours et surtout au petit gros Xavi qui se fait un plaisir de servir les autres, les vrais grands joueurs de son équipe.

Malgré cette domination catalane, les madrilènes du Real arrivent à suivre la cadence avec une équipe au jeu dégueulasse, avec pour seuls génies un défenseur tauromachique et un hollandais à 50% chauve qui se blesse un match sur deux et porte les mêmes shorts que feu John Stockton.

Le titre étant encore possible pour Madrid si le Barça venait à commettre un faux pas, la pression est à son apogée à chaque sortie du Real.
La pression, certains la gèrent, d'autres la boivent (sic.) et d'autres implosent. Petites couilles ou tout simplement joueurs au mental friable, ces joueurs sont des vrais dangers pour leur équipe.

Pepe, le grand défenseur brésilo-portugais du Real, innove : il est un danger pour les deux équipes. Suite à une simulation sur ce qui n'aurait jamais dû être une faute au vu de la petitesse du contact, il a très mal pris cette injustice et est passé en mode berserker, une machine violente qui écrase tout sur son passage, comme dirait Ari Gold : "comme Lance Armstrong, mais avec deux couilles".

Dès la simulation de l'attaquant adverse effectuée, Pepe a tout simplement tiré dans le cul de l'attaquant, avec la ferme intention du lui poncer le rectum et tout ce qui l'entoure. Dur comme assjob...

Les basketteurs US sont friands de suckerpunch, mais lui vient d'inventer le suckerkick. Pour reprendre le morceau détonant de Rohff, c'est la cla-cla-classe, bien fait pour le simulateur, qui aurait dû être celui expulsé. Et il y a bien une justice, puisqu'en voulant faire le malin et honorer Casillas d'une Panenka, l'attaquant au cul raboté à simplement fait une Cantona.

Comme dirait une philosophe chinoise chère à mon cœur, c'est la per-fe-ction...

Hélas, le grand Pepe risque une peine très lourde, car on ne se fait pas justice sans déguisement de superhéros (même pour Zizou, pour qui l'aventure d'endosser le costume de Superhead avait mal tourné).
Dans une tentative de défense totalement foirée, Juande Ramos, le coach du défenseur anal-yste, a offert des commentaires aussi pitoyables que le simulateur :

"Pepe a perdu son calme mais n'a pas voulu attaquer Casquero. Il était plus en colère contre lui même et voulait seulement mettre des coups de pied de rage dans le vide. A aucun moment il avait l'intention de blesser son adversaire."
Ce n'est pas ce que raconte le sloggi troué de Casquero. Il y a des fois ou il faut juste se taire...


En bonus, un assjob, voire plus, qui rend hilare Charles Barkley. A voir absolument.

Dominique...