23 novembre 2008

More Money, More Cash, More Hoes... Unlimited NBA Playmate : Autumn 2008



Voilà Gemma Atkinson. Non, ce n'est pas la fille de Rowan Atkinson aka Mr Bean...
C'est juste l'ex du footballeur Cristiano Ronaldo, qui avait d'ailleurs plus mérité le ballon d'or cette année là. Oubliez les victoires en ligue des champions et championnat anglais, la véritable domination de CR7 sur le football mondial a eu lieu lors de sa relation avec cette bombe anglaise...

Oui, c'est n'importe quoi, paradoxal voire absurde. D'ailleurs, sur le sujet, j'ai eu à choisir un thème pour une commande d'article. Le thème exact : faire un éloge paradoxal ; mon sujet : la prostitution.
(En illustration, Gemma Atkinson prendra le rôle de la Pretty Woman)


D’après l’une des insultes les plus récurrentes et les plus violentes que l’on peut entendre, la mention de prostitution est hautement dépréciative. Si l’on en croît cette médisance, ce serait la honte de la société. Toutefois, l’on peut se demander si cette dernière ne devrait pas plutôt être redevable envers la prostitution.

Au même titre que les forces de l’ordre, la prostitution offre un équilibre à la société : en apaisant le stress des citoyens consommateurs de ces plaisirs charnels, mais également en ôtant la frustration d’esprits moins équilibrés et volages — qui pourraient s’adonner à la réalisation de viols si leur haine et frustration n’étaient pas canalisées.

Les prostituées agissent comme de véritables psychanalystes du pauvre. Leurs consultations servent également à dispenser de précieux conseils aux personnes en pleine crise de solitude, qui vont rechercher dans ces passes une compagnie qui leur fait défaut. Un trop plein de solitude peut mener à la folie, voire au suicide.

Les prostituées combattent cela, comme les forces de l’ordre.

Autre similitude, police et prostituée arpentent les rues, chacune dans leur uniforme, faisant régner l’ordre sur les trottoirs. Mais où les agents administratifs de la sécurité publique peinent à gagner un surnom autre que de la volaille, les prostituées resteront toujours « les fleurs de trottoirs ».

Dans d’autres pays, moins développés que le nôtre, les prostituées vont jusqu’à prendre en main le tourisme du pays et offrent de nouveaux parcours suaves et chaleureux à des touristes en mal d’amour et de sensations fortes. Les fameux massages thaïlandais sont, avec le sport noble qu’est la boxe, l’image la plus marquante de ce pays à travers le monde.

La prostitution, c’est un art.

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’elle a été immortalisée dans le chef d’œuvre du réalisateur taïwanais Hou Hsiao-hsien dans le mythique et lyrique « Flowers of Shanghai » (1998).
Et puis, quand on y pense, pourquoi la « Pretty Woman » (1990) se serait-elle tout à coup enlaidie ?

Dominique Guye.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Omg ! J'attendais ave impatience le retour de la rubrique, me voila comblé ^^

flash

Dominique a dit…

Ouep, c est la meilleure rubrique, y a pas photo !!
Après ma mort, c'est ce qu'il restera de mon œuvre :p

Kungfoutre Master a dit…

toujours plein de comm' la dessus
aou aou

aircoba a dit…

Y'a pas à dire, c'est vraiment de bon goût ici.

Dominique a dit…

Clair, je devrais être directeur des ressources humaines, mes salariés auraient toujours le sourire, et la banane...

Kungfoutre Master a dit…

tu peux pas mettre en lecteur la "banane flambée" de Franky Vincent ?

Fouille dans la discothèque de ton daron