28 octobre 2008

Gasface interdit en kiosque par sa sainteté l'homme blanc...


Cette fin Octobre aurait dû être marquée par une bonne et profonde lecture du meilleur mag du marché, GASFACE.
Malheureusement, quelques ânes en ont décidé autrement et une association fait actuellement pression pour interdire la vente de Kung-Foutre sous prétexte que les titres ne soient pas à leurs goûts...

Voilà la couv qui a fait dresser les cheveux de ces idiots tellement fort qu'ils se retrouvent avec la coupe à Didier Drogba...

Je vous laisserais méditer sur cette énorme injustice qui n'a pas lieu d'être en communiquant un message diffusé par les responsables du magazine:

"Bonjour,

Certains d'entre vous ont pu remarquer que le numéro 06 de Gasface était difficile à trouver depuis sa sortie en kiosque le 23 octobre dernier.
L'explication est tombée ce matin sur notre répondeur, par la voix d'un représentant des NMPP, notre distributeur.
Un grand nombre de diffuseurs, notamment parisiens, refusent de mettre en vente le dernier numéro de Gasface, "à cause des titres" présents sur la couverture.
Pas d'explication légale pour l'instant, on sait juste que le titre est menacé d'un retrait des kiosques, sur tout le territoire français, par l'Union Nationale des Diffuseurs de Presse."

Et comme il n'est pas possible de se lasser du Kung-Foutre, voilà le communiqué de presse, réalisé par la rédaction de GASFACE :

"LIBERTE DE LA PRESSE : faut-il préférer le boycott à la censure ?

Musique, cinéma, société : en trois mots, voilà l’horizon de Gasface. Un magazine culturel dont l’épicentre est le Hip Hop, en kiosque depuis 2 ans et dont la pertinence a été saluée dans les colonnes de Technikart, sur La Matinale de Canal + et même par une animatrice de France Inter, qui trouve que « ça fait penser aux Inrocks d’il y a 20 ans. ».

Voilà pour les présentations. Maintenant, les problèmes :

Le jeudi 23 octobre, Gasface ouvre la boîte de Pandore avec « le numéro blanc », consacré aux Blancs et à leur place dans ces milieux où ils sont une minorité : Hip Hop, Basketball, R’nB…Des univers qui sont le « territoire » éditorial de Gasface.
Le dossier passe au crible les clichés anti-blancs les plus éculés pour les prendre à contre-pied et s’en moquer. D’où l’idée d’une accroche ouvertement absurde en couverture :

« Ils dansent mal ! Ils sont méchants !! Ils sont partout !!!
Même Barack Obama en est à moitié un…
FAUT-IL AVOIR PEUR DE CES ENCULES DE BLANCS ? »

Grossier ? Pas plus que Charlie Hebdo ou Siné Hebdo.
Vulgaire ? Moins que la centaine de revues pornos qu’on trouve au-dessus de Moto Journal.
Raciste ? Heu... les deux responsables du magazine sont blancs. Nico excuse Mathieu, Mathieu pardonne Nico, et pendant ce temps les NMPP continuent à distribuer Minute et National Hebdo.

CENSURE ? (ci-dessous, article des Inrockuptibles, Ctrl+Clic pour agrandir)

Le mardi 28 octobre, un message d’une responsable des NMPP nous alerte : « Il y a des réactions du réseau, certains diffuseurs refusent de mettre le magazine en place ». D’après elle, l’Union Nationale de Diffuseurs de Presse (UNDP) va entrer en contact avec nous. Elle évoque une possibilité de retrait des kiosques, « à cause des titres ».

Le surlendemain, nous parvenons enfin à contacter notre référent attitré aux NMPP. Sans aborder la moindre justification légale, la responsable évoque un problème de racisme et de vulgarité. « La réunion du ministère a déjà eu lieu (...) les magazines vont être retirés des kiosques dès la fin de la semaine ». NMPP et UNDP reçoivent les premiers coups de fil de journalistes.

Vendredi 30, 17 h : Erik Boursier, le directeur-adjoint des Coopératives d’éditeurs (société détentrice à 51% des NMPP) nous contacte : « J’ai eu le directeur de l’UNDP au téléphone, il n’y a jamais eu de plainte, pas la moindre directive de leur côté. J’ai regardé le Journal Officiel : aucune interdiction de la part du ministère de l’Intérieur. Il n’a jamais été question de retrait ou d’interdiction. Pour nous, l’affaire est close ».

Nos précédentes interlocutrices des NMPP étaient-elles simplement amatrices de canular ? A combien de cm de la censure sommes-nous vraiment passés ? Les questions des journalistes ont-elles inquiété les responsables NMPP et UNDP, qui pensaient pouvoir se débarrasser en douce d’un titre déplaisant ? Pourquoi des gens si haut placés s’inquiètent-ils maintenant des retombées d’une « non-affaire » ?


BOYCOTT ! (ci-dessous, article de Libération, Ctrl+Clic pour agrandir)

Qu’en est-il de Gasface à l’heure actuelle ? On ne sait toujours pas si le ministère de l’Intérieur a été saisi ou non. Ce qui est certain, c’est que dans un grand nombre de kiosques sensés nous diffuser (plus d’1/4 de ces points de vente, d’après nos estimations), notre magazine ne quitte pas l’arrière-boutique.

Faut-il rappeler qu’en France la presse est libre, et que le pouvoir de censure appartient à l’Etat ? Même partiel, ce boycott est parfaitement illégal.

Comme 80% de la presse française, Gasface est distribué par les NMPP et paye cher sa distribution. Au final, la part de l’éditeur (Gasface Media) décroît à mesure que le taux d’invendus augmente. Si le magazine se trouve à la cave au lieu d’être en rayon, ce taux peut vite avoisiner le score de Chirac au 2nd tour de 2002, et les revenus de l’éditeur se réduire à l’équivalent du budget vacances d’un RMIste.

Car pendant ce temps, les NMPP facturent la distribution de 100% du stock. A l’atteinte à la liberté de la presse s’ajoute donc un préjudice financier.

Notre recours ? D’après M.Boursier, il n’y en a pas. Pas de responsable du point de vue de la loi. Ou plutôt, il y en a 15 000 : « Chaque kiosque prend la responsabilité de mettre le titre en vente ou pas. Notre boulot c’est de livrer le kiosque, pas de s’assurer que le journal soit mis en vente. On ne peut pas mettre un flic derrière chaque point de vente. C’est à vous de voir sur le terrain, kiosque par kiosque.»

Le réseau de diffusion est une vaste zone de non-droit, en somme. La liberté d’expression s’y applique ou non, au bon vouloir des marchands de journaux.

Voilà où nous en sommes,
et voilà où se trouve la presse indépendante en 2008."

Dominique Guye
.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Dommageable tout ca...Perso, je trouve le titre bien marrant, en particulier la dernière ptite question sous jacente :D

J'aurais d'ailleurs bien aimé lire l'article ^^

flash

StillBallin a dit…

Faut s'attendre à ce genre de chose dans un pays qui n'assume pas la moitié de son passé.
La lâcheté, c'est déjà pas jolie mais alors au niveau national et institutionnel...

(et si on sifflait la marseillaise? ou encore la pub Optique 2000 avec Johnny?)

Kungfoutre Master a dit…

J'imagine qu'il s'agit du titre "faut-il avoir peur de ces enculés de blancs" c'est çà ?
Pour moi c'est vraiment de la haine gratuite.

Et la même phrase avec "noirs" dedans aurait fait le même scandale... et tout le monde le comprendrait par contre.

Je trouve que c'est nul de s'exprimer comme çà.
Ca ne mène à rien.

Je suis comme tout le monde, qui ne connait pas l'univers de la revue du tout, et j'imagine qu'en kiosk l'effet est décuplé.
Tu ne mets pas çà en couverture franchement, non ?

Pour moi ce n'est pas une atteinte à la liberté d'expression que de refuser de l'exposer à la vue de tout le monde.
Je suis pour les caricatures de mahomé, pour la dérision... mais là, il n'y a pas de dérision.

Là, t'es obligé de le prendre comme argent comptant !
Moi c'est la mise en forme du message qui me dérange le plus... Un texte brut...
Personne de physique n'assume le propos, à première vue, personne ne tient vraiment ces propos ! Et donc çà se veut passer pour une intérrogation légitime.
Il est là le problème. Ca résonne dans la tête des gens comme un consensus.


Un gamin de 10 ans qui vois le magazine en kiosk va réagir comment face à çà ?
Tu vas lui dire quoi ? "Mais non mon petit, prends du recul, c'est fait pour provoquer, c'est tout"

...tu parles, il se dit que le monde des adultes à écrit çà, donc qu'il est libre aussi de l'exprimer ainsi et de se construire avec, et voilà.
Ici, ce n'est pas un gars qui parle envers lequel il a le choix de s'identifier ou non... là c'est personne, donc c'est tout le monde, et donc faire parti de ce monde c'est normal.

etc.

non ?

enfin c'est mon avis.
Peut-être que j'ai pas compris aussi...

Kungfoutre Master a dit…

c'est ce que j'ai reçu
parmi énormément de soutien pour l'instant

la prochaine fois je titrais "enculé de mahomet" ça passera sûrement mieux

Anonyme a dit…

Si tu titre:
faut-il avoir peur de ces enculés de noirs ou faut-il avoir peur de ces enculés d'arabes
Tu te prends toutes les associations anti-racimes et compagnie.
Faut arrêter un peu les conneries, ce n'est pas de la liberté d'expression ça.
Plus ça va et plus les provocations sont gerbantes. Un jour il y aura un point de non retour. Ce jour là tu pourras titrer "faut-il avoir peur de ces enculés de blancs", mais il sera trop tard. Faut vraiment ne rien avoir dans la tronche pour titrer de la sorte.

Dominique a dit…

J'entends ton point de vue, mais tu sembles avoir passé outre un élément principal: c'est de l'humour.

D'ailleurs la phrase choc est emmenée par une mini introduction qui fait bien état de cela :
"ils dansent mal! ils sont méchants!! ils sont partout!!! même Barack Obama en est à moitié un..."

Croire que ce sont des accusations sérieuses est aberrant de naïveté.

De plus, l'humour joue aussi sur le fait que le (pseudo)racisme y est renversé, on est dans un pays majoritairement blanc, donc titiller l'homme blanc est un procédé humoristique qui devrait marcher. Quand Dieudonné fait le gorille, ça ne semble déranger personne.

Tu renverses à ton tour et donne l'exemple des arabes ou des noirs, mais prenons un exemple concret et hypothétique avec un titre et une titraille du genre :

"ils aiment le couscous! ils sifflent la marseillaise!! ils posent des bombes!!! même zizou en est à moitié un...
Faut-il avoir peur de ces enculés d'arabes?"

Cela n'a rien à voir et n'entre pas du tout dans la même catégorie humoristique ironique. Si tu ne saisis pas la nuance, tant pis, le magazine n'est tout simplement pas fait pour toi.

Relis le communiqué de presse, tu comprendras peut-être. Si rien ne se passe, évite simplement ce magazine, tu n'es pas fait pour le Kung-Foutre et ta tolérance dans l'humour a des limites différentes des nôtres (je m'associe complètement à Gasface dans cette affaire).

Anonyme a dit…

n est pas Philippe val ou cavanna qui veut? dommage il y avait peut etre de la substance dans le dossier,gachee par une accroche maladroitement vulgaire a l humour douteux
quel relais a celui ci si ce nest le communique de presse? trop de justification pour un titre pas drole et en plus vous prenez le prbleme a l envers si on avez traites les arabes ect ce serait mieux passe" les gars vous meritez d etre lus