26 septembre 2010

Carmelo Anthony est-il sur le point de faire une erreur?

-
---Carmelo Anthony devrait voir ses envies prendre leurs quartiers dans la réalité: quitter Denver et le faire pour New York. Que ce soit avec les Nets qui emménageront à Brooklyn en 2012 ou avec les Knicks qui d'après les derniers bruits de couloir ne sont qu'à quelques marchandages de réunir un packtage susceptible de convaincre les Nuggets d'abandonner leur pépite dès maintenant, Melo devrait pouvoir poser son numéro 15 sur la terre mythique des basketteurs, celle qui l'a vu naître et celle sur laquelle il a fiché les premières banderilles de sa renommée, alors sous le maillot orange de Syracuse (champion NCAA et élu meilleur joueur du tournoi pour sa première et unique année universitaire). Là-bas l'attend la gloire au grain si particulier de ceux qui ont porté bien haut le nom de la Mecque du basket.

---Toutefois, cela serait une mauvaise opération pour le leader offensif des Nuggets. Ce n'est pas le fait d'aller dans le New Jersey ou au Madison que j'incrimine mais le fait d'y aller immédiatement. Suite à un transfert.

---En théorie si transfert il y a, Anthony n'a pas son mot à dire sur la question. Si Denver désire transférer son meilleur joueur avant qu'il ne devienne agent libre l'été prochain afin de ne pas le perdre sans rien avoir en retour, la franchise montagnarde n'a pas besoin de son consentement. Sauf qu'ici, Melo est le maître du jeu. Avec une seule année restante sur son contrat, il peut fusiller n'importe quel transaction emportant la satisfaction des deux franchises en discussion en faisant savoir qu'il ne poursuivra pas son bail dans la franchise que Denver lui destine. A moins de faire preuve d'une inconscience cartoonesque, aucune franchise n'accepterait d'envoyer quelques unes des bonnes pièces de son roster dans le Colorado en sachant que ce qu'elle aura eu en retour se barrera aussitôt la saison terminée, laissant la franchise plus démunie qu'un arbre fruitier après le passage de la dernière brise d'automne. Le n°3 de la draft 2003 peut faire capoter toute tentative de transfert qui ne lui convient pas.

---C'est la question que se pose Anthony actuellement. Doit-il ou non s'engager avec New Jersey? Les Nets et les Nuggets ont monté un (volumineux) transfert qui satisfait tout le monde et les deux organisations n'attendent plus que la pièce maîtresse de cette transaction accepte d'engager son avenir avec les futurs Brooklyners. Un mot suffit à l'ailier pour faire concrétiser ce transfert ou le faire annuler.

---Mais rejoindre New Jersey -ou New York qui reste en course apparemment- dès maintenant ne serait pas une erreur stratégique de la part de l'ancien enfant terrible de Baltimore?

---En effet, le prix à payer pour qu'il rejoigne sa nouvelle franchise dès cette année est que cette dernière s'ampute de quelques unes des meilleures pièces de son roster (Devin Harris et Derrick Favors dans le cas des Nets). Cependant, l'été prochain lorsqu'Anthony ne sera plus lié par un quelconque contrat, New Jersey disposera (tout comme New York), si je ne m'abuse pas, de suffisamment de place pour signer le Nugget. Sachant cela, pourquoi rejoindre une équipe des Nets ou des Knicks défigurée par le transfert qui nous a fait venir quand on peut la retrouver un an plus tard avec son prometteur arsenal intact?

---Surtout quand celui-ci, celui de New Jersey, sied si bien au prolifique ailier. Associé à Terrence Williams dans un remake du duo médaillé d'or Kevin Durant/Andre Iguodala (aka Scoring Machine and Doing Everything Else), placé aux côtés d'un meneur super sonique capable de lui procurer des shoots ouverts par sa force de pénétration ou inversement de profiter des espaces créés par le danger que le N°15 représente à longue distance ; soutenu par une raquette talentueuse en diable, sorte d'hydre à deux tête combinant la taille et la technique de Brook Lopez aux qualités athlétiques et à la vitesse marsupilamiennes de Derrick Favors) et accompagné d'un banc de qualité (Travis Outlaw, Anthony Morrow, Jordan Farmar), le multiple All-Star aurait les armes pour faire des ravages dans l'Est. D'ailleurs, un leader offensif, un gars capable de prendre le jeu à son compte, n'est-ce pas tout ce qui manque à cette franchise pour que cette équipe s'installe comme l'un des plus gros loup aux dents longues de la région?

---L'équation n'est pas très différente avec les Knicks. En patientant une année, Melo pourrait rejoindre cette franchise qui semble le faire tant rêver, y trouver Mike D'Antoni, Amare Stoudemire, Danilo Gallinari, Anthony Randolph et un peu plus tard peut-être Chris Paul (dont l'association avec Carmelo et le Stoud est aussi séduisante que celle qui a ses quartiers à Miami).

---Denver n'est pas un enfer et il serait même assez sympa de voir Carmelo Anthony tenter une dernière expédition vers le titre avec Chauncey Billups, Nené, Kenyon Martin, George Karl et le renfort estival, Al Harrington avant que cette équipe, l'une des meilleurs de l'histoire de la franchise, ne s'éteigne. Donc passer une année de plus dans le Colorado peut difficilement être considéré comme un sacrifice ou une année perdue. Et si cela lui permet de poursuivre dans une équipe aussi compétitive que pourrait l'être New Jersey l'an prochain et ce qu'elle ne serait pas si Anthony y posait ses valises aujourd'hui, suite à ce transfert. Quand à New York, on ne sait toujours pas si la franchise de Gotham sera en mesure de faire venir l'ailier dès cette saison. Et puis quand on y pense, si Melo débarque sur les rives de l'Hudson suite à un transfert, les éléments new yorkais qui auront été utilisé pour faire venir le N°15 ne pourront plus l'être pour faire venir Chris Paul, et les Knicks n'auront donc d'autres choix que d'attendre 2012, date de la fin du contrat du meneur frelon, pour tenter de réunir ce Big Three magnifique (et dans le doute, la franchise essaiera certainement de recruter Tony Parker en 2011 pour éviter de ce retrouver le bec dans l'eau comme cet été). Alors que si Carmelo patiente, New York pourra se servir de ses actifs pour recruter le super meneur de la Nouvelle Orléans (qui sera dans la même situation de force que celle que connaît Anthony actuellement) et dans le même mouvement, signer l'ailier made in Baltimore.

---L'équation est claire. Qu'il accepte dès aujourd'hui d'être transférer chez les Nets et il se retrouvera dans une équipe peu enthousiasmante. Qu'il laisse une année couler sous les ponts et il aura un choix royal à faire entre l'équipe pleine de promesses bientôt domiciliée à Brooklyn et la mythique franchise des Knicks. Ça vaut bien une année de plus à supporter les tirs insensés de JR Smith, non?

StillBallin

11 commentaires:

sydz a dit…

oui: très bon article (même avec 0% de Lala Vasquez...) Mais, en dehors du prisme proprement sportif de ce trade, l'impact financier de la perte de ce joueur -si Denver ne bouge pas- me semble sous évalué. En toile de fond, il y a les précédents (traumatisants) C Bosh et LBJ qui changent tout. Les Nuggets ont trop à perdre à attendre : argent et réputation.
Au pire, perdu pour perdu, Denver trouvera une franchise pour juste l'échanger "à minima" : joueurs surpayés + qq 1er tours de draft (plus difficile). Quelle franchise, notamment en difficulté financière, ne voudrait pas d'un booster commercial comme Melo15, et cela même pour un an -sans sign&trade- ?
Du côté de Denver, cette équipe m'apparait comme clairement en fin de cycle : joueurs majeurs blessés ou vieillissant, la plupart en fin de contrat. Prendre un an d'avance dans la reconstruction serait un plus.
A suivre...

StillBallin a dit…

Point de vue intéressant et c'est visiblement vers là que se tourne Denver (volonté de récupérer au moins un premier tour de draft -ce qui bloque avec New York notamment à ce qu'on entends- et des jeunes joueurs prometteurs comme Derrick Favors, Anthony Randolph, Danilo Gallinari etc).

Après, est-ce que ça ne vaut pas le coup pour Denver de tenter une dernière belle saison? Parce qu'une fois le processus de reconstruction engagé, on ne sait pas quand la franchise va pouvoir retrouver les sommets.

Qu'est-ce qui pourra rapporter le plus à la franchise? Encore une année de victoires et de bonheur, de salle remplie et de fans heureux? Ou le sacrifice de cette année de bonheur pour éviter une gueule de bois trop forte après le départ d'Anthony, sachant malgré tout qu'il n'y a rien de plus incertain que l'issue d'une reconstruction (demandez à Minnesota)?

Sincèrement, je ne sais vraiment pas laquelle des deux est la meilleure réponse.

sydz a dit…

Tenter 'encore' une dernière belle saison = terminer dans les premiers &... échouer (encore) dans les premiers tours de playoff car je ne vois pas -du tout- leur principal renfort (Al Harrington) avoir l'impact supplémentaire (en défense) pour aller + loin... In fine : n'avoir qu'une chance infime d'avoir un pick de draft bien placé... Plutot chaud comme pari, mais je te suis : ce serait bien plus interressant pour le jeu lui-même (merde, Denver ça tourne quand même...) Je ne pense pas que les proprios choisissent cette option trop risquée.

& puis Minnesota est un mauvais exemple : s'ils en sont là, c'est surtout un pb de management et de choix abracadabrantesque... ;)

sydz a dit…

abraKahndabrantesque, j'aurais du dire.

Patrice a dit…

haha, ce David Kahn...il aurait du rester avocat...
d'ailleurs Rubio il arrive quand ?

pour revenir sur Denver et l'article, merci pour avoir éclairé ma lanterne sur ces trades rumors auxquels je ne comprenais plus grand chose...

et la chute m'a laissé hilare...
d'ailleurs, si melo part, c'est l'année de J.R ou pas ? (lol)

StillBallin a dit…

Les Nuggets ne sont pas à l'abri de nous faire une reconstruction à la Minnesota ou d'un calibre avoisinant (comme Indiana par exemple). Par conséquent le risque de plantage existe.

Après, je ne les vois pas moi non plus aller au bout, même avec Melo. Mais je maintiens qu'à la place des dirigeants, prolonger le plus possible une belle aventure accuse un poids important dans la balance, notamment vis-à-vis des fans, de la culture et de la réputation de la franchise, et peut-être des finances aussi. J'avoue cependant que je ne sais pas si j'adopterais cette solution si c'était mon nom qui était apposé à côté de la mention "GM des Nuggets".

Quant à JR Smith, tant qu'il ne sera pas capable de jouer plus juste et/ou de gagner beaucoup en régularité, j'ai bien peur qu'il ne soit jamais plus que le pétard ambulant qu'il est actuellement. Son nombre de shoots augmenterait certainement (et donc sa moyenne de points) mais je crains que son pourcentage de réussite ne baisse en retour (et comme il est déjà pas très haut -41% l'an passée- ...). D'ailleurs, je n'imagine pas Denver en faire une pièce centrale de leur stratégie (comme en atteste les quelques rumeurs de transferts qu'on a entendu cet été?) parce que ce n'est pas vraiment le genre de joueur sur lequel on peut compter pour de telles responsabilités.

Pour ce qui est de Rubio, il pourra partir de Barcelone l'été prochain. Seulement je ne sais pas si il s'agit de la fin pure et simple de son contrat ou de l'activation d'une clause libératoire, laquelle prévoyant peut-être une indemnité de transfert, ce qui comme on le sait pose souvent problème.

Après est-ce qu'il fera le grand saut à ce moment-là, ça c'est une autre question (quelque chose me dit que sa dépendra beaucoup de la situation de Minnesota). En clair, on a déjà la trame du premier feuilleton de l'été 2011.

sydz a dit…

"Pour ce qui est de Rubio"
Tiens oui, au fait ?...
Dans son contrat de 6 ans avec le Barca, c'est bien une clause libératoire à l'initiative du joueur, débutant en fin de 2eme saison soit mi 2011 & sans aucune indemnité de transfert -buyout- pour son club actuel (!!). Mais actuellement c'est de l'ordre du doux rêve Kahnien :
1. le salaire "de misère" de rookie
2. le niveau et le jeu des T-Wolves (l'attaque en triangle n'a pas besoin d'un meneur dominant) dans 1 an + qq choix de draft Kahnien plus tard = un autre meneur ou un ailier, au choix ;)
3. le prochain contrat CBA : nouvelles règles plus contraignantes pour les rookies, etc... voire lockout s'éternisant.

Seul possibilité : jouer une année de plus. Après 3 ans de contrat "à l'étranger" les contrats rookies peuvent être revus (à la hausse bien sûr) dans le CBA actuel, mais au vu du timing : pour Ricky ce sera dans le deal suivant donc...

En somme, Rubio pas avant 2012 au mieux & avec ce mouvement de "retour au bercail" des guards espagnols (last: Rudy) : plus tard encore ?

http://en.wikipedia.org/wiki/Ricky_Rubio
http://www.fcbarcelona.cat/web/english/noticies/basquet/temporada09-10/09/n090901106510.html
http://sports.espn.go.com/nba/news/story?id=4435861
http://probasketballtalk.nbcsports.com/2010/05/ricky-rubio-leads-barcelona-to-euroleague-title-says-blowing-off-minnesota-was-right-call.php
(entre autres)

StillBallin a dit…

Ah ça , c'est pas du boulot de tapette comme dirait l'autre. Tu as excellemment bien éclairci la question et au vu de cela, il ne serait effectivement pas étonnant de voir la venue de Ricky en NBA se déporter sur l'été 2012.

Mais je pense quand même que l'été 2011 a ses chances. La NBA reste quelque chose de super attractif (oui, même Minnesota) comme le montre désagréablement l'exemple Pape Sy. La situation des deux joueurs est extrêmement différente mais la NBA reste la NBA et l'exemple de Fran Vasquez ne reste pour l'instant qu'un cas isolé.

Enfin bon, on aura tout le loisir d'avoir cette discussion dans une dizaine de mois. La saison qui vient ne sera pas de trop pour voir tant du côté de Rubio que de Minnesota si un mariage est vraiment envisageable.

sydz a dit…

Oui: "time will tell" et désolé pour ce long HS... En plus tu dois être occupé à nous mitoner un p'tit article sur les derniers propos "contestés" (euphémisme) de LBJ -et de son manager-, non ?... ;)

sydz a dit…

Rubio au Wolves, c pas gagné quand même... :)
http://www.newsday.com/sports/basketball/knicks/the-knicks-fix-1.812055/knicks-have-a-global-opportunity-here-1.2327561?print=true

StillBallin a dit…

Non, les commentaires de Lebron James and co ne seront pas le sujet de mon prochain papier (il ne te reste plus que deux essais pour deviner la teneur de mon prochain article). Je t'avoue que ce genre de choses ne m'intéressent que moyennement. Larry Johnson avait eu des paroles du même style et plus récemment, le petit shooteur blanc Kyle McAlarney avait dit qu'il serait en NBA si sa peau avait été un peu plus foncée (ce qui m'avait poussé à réagir: http://true-nba.blogspot.com/2009/12/et-si-les-blancs-savaient-sauter.html).

En ce qui me concerne, je ne me risquerais pas sur un tel sujet. Je pense qu'il faudrait au minimum avoir vécu longtemps aux Etats-Unis et être bien au fait du passif de cette question pour pouvoir y amener une opinion valable. De la même manière qu'un américain ne peut pas tout-à-fait comprendre notre principe de laïcité, je ne pense pas que les français puissent réellement comprendre les rapports complexes qui existent aujourd'hui entre les blancs et les noirs aux Etats-Unis.

En plus, je crois que les propos de James se sont basées sur des sondages, ce qui équivaut plus ou moins à voir le soleil descendre dans le ciel et en conclure qu'il est en train de tomber pour ne plus jamais réapparaître dans notre ciel. On pourrait aussi se dire que dans le climat hostile dans lequel il est plongé, James se rassure en disant ça ("les gens ne me détestent pour ce que je suis ou ce que j'ai fait mais parce que je suis noir et donc le problème ne vient pas de moi mais des autres"). Les gens sont stupides de détester Lebron James autant et ce dernier réagit très maladroitement à tout cela. Enfin bon, life is life.



Au sujet de Rubio, effectivement, il y a comme un froid on dirait. C'est peut-être là qu'on va voir de quel bois est fait cette franchise. Si elle parvient à se montrer ferme et à imposer sa volonté, Rubio jouera pour eux (ben oui, il est comme tout le monde, il veut jouer en NBA lui-aussi). Sinon, elle l'aura dans l'os.

Plus ça va, plus je regrette qu'OKC ne l'ait pas drafté ou que New York n'ait pas réussi à lui mettre la main dessus.