29 avril 2008

"The Good, the Bad and the Ugly" - The Super Ugly

Après cette première semaine de playoff très surprenante, on peut déjà voir les déceptions de cette post saison.
En d'autres termes, qui joue de manière si dégueulasse qu'il mérite de figurer dans la formation la plus moche de ces playoffs?


Composition de cette Ugly Team :

  1. Mike Bibby (Atlanta)
  2. Deshawn Stevenson (Washington)
  3. Josh Howard (Dallas)
  4. Andre Iguodala (76ers)
  5. Marcus Camby (Denver)

  6. Gilbert Arenas (Washington)

Mike Bibby (Atlanta)
Après l'avoir ouverte en disant que les fans des Celtics équivalaient ceux de l’OL au foot, soit des supporters « en plastique » qui ne soutiennent leur équipe que lorsque celle ci est sur les devants de la scène mais sont aux abonnés absents lors des périodes de disette, Bibby a dû évoluer sous la bronca du public des Verts et comme prévu il s’est fait détruire par l’excellent jeune meneur athlétique Rajon Rondo.

Selon lui, cette façon de chauffer la salle et de cibler la haine sur lui était un moyen d’hôter la pression des épaules de ses coéquipiers.
Hélas, ce qu’il a oublié, c’est que quoiqu’il arrive Joe Johnson joue à cache cache avec son adresse, que Williams est un shooter de lancers fiable, que l’ailier voltigeur Air Smith est tout sauf un joueur cérébral et qu’Horford est déjà plus un gagnant et un professionnel qu’il ne l’a jamais été — aussi incroyable qu’ait pu être son parcours universitaire avec Arizona, où il profitait surtout du tournoi Jordanesque de Miles Simon pour gonfler sa côte…

S'il évoluait à 50% de son niveau de 2003 à 2006, les Hawks pourraient imiter les 76ers et faire trembler un des gros favoris de l'Est. Il est la clé de cette série...

Deshawn Stevenson (Washington)
Si Lebron James est surcôté, qu'est ce qu'est Stevenson? Comme le dit Jay-Z dans le morceau qu'il vient de faire pour les oreilles du barbu de Washington, "Who the fuck is overrated?"

Josh Howard (Dallas)
Avouer qu’il aimait passer l’été à mettre en bouche de la Marie Jane n’était pas la meilleure chose à faire pour Howard. Tout simplement parce qu’au pays de la critique facile et de la conclusion hâtive (ouais, ça aurait pu être la France), on va immanquablement associer le faible niveau des Mavs à son penchant pour les drogues douces, étant l’option offensive numéro 2 en panne après le vilain teuton.

Après un super début de saison, Howard connaît d’assez grosses pannes d’adresse depuis le All Star Game et ne soyez pas surpris si certains le pointent du doigt en critiquant son hygiène de vie pourtant si commune chez les joueurs NBA…

Andre Iguodala (76ers)
Gros défenseur, athlète de génie et surtout successeur d’Allen Iverson au poste de Franchise Player des 76ers, Iguodala a évolué à un très faible niveau depuis le début des playoffs. Incapable de trouver son shoot, il enchaîne les briques et les balles perdues, en plus de s’enfoncer dans des sessions de dribbling trop longue et oiseuse.

Alors que Phila est toujours en course pour frapper le plus gros coup de ce premier tour, AI bis (pas celui des "projects", mais celui made in Taiwan) n’est toujours pas entré dans le rythme qui lui permettrait de se débarrasser de la défense tentaculaire du Love Symbol des Pistons a.k.a Mr Prince, ce zouk endiablé qui faciliterait les négociations quand il sera l'heure de resigner un contrat de Franchise Player. Car pour le moment, c'est Andre Miller qui mérite le pactole, et le futur serait plus Thaddeus Young qu’Iguodala…

Marcus Camby (Denver)
Certains pensent qu'il est le meilleur défenseur NBA, d'autres savent...
Soit-disant grand dernier rempart, en vrai simplement formidable joueur de statistiques (façon Stéphane Guivarch), Camby se fait promener dans la raquette par le jeu de passe efficace des Lakers, qui récompense le mouvement des joueurs de nombreux paniers faciles.
Quant au Guivarch de la ligue, comme à la coupe du monde, il est aux fraises...

Gilbert Arenas (Washington)
Il y a un moment où il faut écouter son corps et pas seulement sa bouche. L'Agent Zero est vraiment mauvais depuis le début de ces playoffs, handicapé par des blessures qui l'empêchent d'évoluer à son niveau habituel. Au lieu de se reposer et de faire confiance au collectif de son équipe qui s'est qualifiée sans son aide, il détruit l'alchimie résultant du jeu sans lui et force des shoots que ses jambes en rodage ne peuvent lui permettre de réaliser.

Le duo de meneurs Daniels / Mason, s'il ne représente pas le danger longue distance que sait être un Arenas même éclopé, est parfaitement ancré dans le collectif de l'équipe et surtout tente de défendre, contrairement à Arenas qui ne joue que d'un côté du terrain.


Cheerleading Captain: Amy "la femme chêvre" Whinehouse, qui se passe de commentaires...


Coach: Avery Johnson (Dallas)
Y a t'il jamais eu un coach dans le sport pro qui nous a fait nous demander s'il n'avait pas connu une ablation testiculaire à l'adolescence?

La voix d'eunuque de coach Johnson est tout simplement insupportable, comme son entêtement dans le match 2 à vouloir faire une trap infructueuse sur Paul, laissant Stojakovic et West anal-yzer la défense des Mavs.

Son refus de plus utiliser Antoine Wright, arrivé dans les bagages de Kidd lors du trade et très bon en début de saison avec les Nets, pourrait lui valoir sa place.
Le jeu rapide d'une composition Kidd, Terry/Stack, Wright, Howard & Dirk aurait pu leur permettre de se sortir du piège Hornets, surtout que le frontcourt de New Orleans ne transpire pas la puissance.

Quant au stratège Leguen-esque des Raptors, Sam Mitchell, il vient de se faire afficher par le New York Post, qui a révélé le discours d'avant match qu'il avait pu tenir précédant une opposition face aux Lakers. Il voulait insister sur la manière de défendre sur Andrew Bynum, avant que sa star Chris Bosh lui informe que Baby Shaq était out depuis plusieurs semaines...

Attention, Don Nelson, l'équivalent américain de Jean Pierre Castaldi, alias Gosier démesuré, n'était pas loin, mais il avait envie de partir en vacances plus tôt que les playoff-istes, et a donc restreint le temps de jeu des Pietrus & Wright, en plus de signer Webber...

2 commentaires:

Rey a dit…

Je ne suis pas d'accord avec ton avis sur Mike Bibby et le 2-2 face aux Celtics prouve bien la même chose, à vue de la vidéo du résumé du match de cette nuit, on peut voir un Bibby en bonne forme. De plus ces paroles à propos du public des Celtics sont vraies quoique logique... Pour le reste, t'as entièrement raison, de très bons articles, souvent plus intéressant que sur les autres sites, belle plume, bcp d'humour ( trash par moment, j'adore ). Bonne continuation

Dominique a dit…

Merci pour le site.

Après, pour le cas Bibby, étant fan des Hawks je suis exigeant avec lui car il est celui qui tirera vers le haut les Hawks.
Les 3 premiers matchs, il a été très faible voire juste moyen au mieux pour le game 3; par contre il a très bien joué cette nuit, surtout dans la première mi-temps, Smith, Johnson & Childress scellant le match après la pause.

Bibby a été décevant 3 matchs sur 4, et il est bien l'homme clé de la série. D'ailleurs sa bonne perf d'hier a confirmé cela et aidé Atlanta à surprendre Boston.

Après, pour le fait qu'il insulte les fans de Boston, je reste sceptique, en saison régulière la tribune Hawks est composée de la famille des joueurs et des potes uniquement, soit une audience de 500 personnes, contre une salle apparemment remplie à 75% hier soir.

Qui dépenserait des fortunes à l'année pour suivre une équipe qui perd, surtout qu'il est très facile de voir les matchs sur internet ou via le cable US.

Bibby a tendance à croire que le bon fan est un pigeon qui dépense sans compter pour son équipe quoiqu'elle puisse faire sur le parquet, à la façon des Ultras Marseillais...

En tous cas, allez Carquefou made in NBA!!!