25 juillet 2013

Les As de la supercherie: quand les stats mentent...

Dominique
Au foot, les stats ne servent à rien. 

Messi est le meilleur joueur du monde et court 4km par match. Depuis 3 ans Ronaldinho (qui aurait annoncé sa retraite) en courait 3, suffisants pour rajouter une Copa Libertadores à sa Copa America, sa coupe du monde, sa LDC, etc.
A titre de comparaison, Jimmy Briand (OL), le malnommé, en court 12 dont 9 en sprint et il ne sert à rien.

Toujours sceptique?

Des critères aussi peu parlants que duels gagnés, pourcentage de passes réussies, distance parcourue, ballons gagnés, etc. n'ont aucune valeur quand on voit qu'un joueur comme Fred est l'avant-centre titulaire d'un brésil de plus en plus fringuant... Pas de technique, aucune vitesse et encore moins d'agilité, peu de mouvements, une puissance juste correcte, des photoshoots beaucoup trop métrosex, MAIS un réalisme et un don pour être bien placé qui lui confèrent, malgré toutes ces tares, la position tant prisée de numéro 9 du Brésil...

En NBA, c'est différent. 

Feu Jason Kidd joueur, Rajon Rondo, James Harden, Kevin Durant et bien sûr Lebron James sont des joueurs aux multiples talents dont on vante sans cesse la capacité à noircir les feuilles de stats grâce, par exemple, à ces sacro-saints triple doubles, symbole de domination du joueur sur le jeu.

L'omniprésent James
Des stats conséquentes prouvent-elles l'importance d'un joueur?

Généralement oui, mais il y a certains joueurs qui en dépit de stats tape à l'oeil sont bien moins bons qu'il n'y paraît.

Monstrueux quand on regarde leur stats (voire highlights) mais peu décisifs, ils ne peuvent clairement pas être à la base d'une grosse équipe, malgré leur désir d'être traité en superstar qu'ils ne méritent pas d'être vu leur apport réel, qu'importe leur statistiques...


Voilà la All-Star Deception Team : une sélection de joueurs qui font le bonheur des fans de Fantasy League et le malheur des supporters lucides de leur équipe.



  • F - DAVID LEE
    37min 18.5pts 11.2rb 3.5ast 0.8st 2.6to 0.3blk (51.9% FG x 79.7% FT)
En Fantasy League, où seules les stats comptent, il fait rêver. En vrai, beaucoup moins... Lee, c'est une profusion de Pts, Rb, Ast et de bons pourcentages aux shoots. Joueur intelligent et très complet malgré une grave allergie croisée aux contres et à la défense, ses belles performances chiffrées ne font pas oublier que l'intérieur le plus important de son équipe est un géant australien aux os de verre qui pèse moins de 6pts 8rb à 50% aux lancers, ce qui en dit long sur la valeur réelle de Lee...
  • F - BLAKE GRIFFIN
    32 min 18 pts 8.3rb 3.7ast 1.2st 2.3to 0.6blk (54% FG x 66% FT)
La poule aux oeufs d'or de la division marketing des Clippers est une fraude totale.

Phénomène physique, super aérien voire volant, puissant, mobile, agile, grand, collectif et encore jeune, il possède toutes les qualités pour être un joueur dont l'apport marquera l'histoire.

Oui, ces cuisses là sont bioniques...
Sauf qu'il est presque roux, n'a pas de shoot et encore moins de mouvements fiables en attaque  et doit se contenter de paniers sur rebonds offensifs, contre attaques ou alley-oops. En saison régulière, c'est marrant et on y croit presque, mais en PO, quand les défenses se resserrent et meurent sous les coups des trois points des extérieurs ou des "go to move" des intérieurs, Griffin est condamné à disparaître, incapable de s'imposer en attaque ET en défense...
Les occasionnels poster-dunks hypermédiatisés sur la tête des adversaires ne changent rien à ça...

Plus triste encore, les Clippers, aveuglés par tout l'attrait médiatique que leur PF volant leur a apporté ces dernières saisons, auraient refusé un échange Griffin contre LaMarcus Aldridge. Intérieur très doué offensivement, capable de scorer intérieur et de s'écarter, LMA aurait formé un duo complémentaire avec Jordan et aurait été encore plus décisif avec un meneur du calibre de Paul pour le servir. Refuser le trade était une erreur car la paire Griffin / Jordan est encore très loin d'être performante, si elle le devient un jour...
  • C - AL JEFFERSON
    33min 17.8pts 9.2rb 2.1ast 1st 1.3to 1.1blk (49.4% FG x 77% FT)
Voilà le champion et le Team Captain de cette équipe de clowns. Impressionnant de régularité, toujours présent au niveau statistique, Big Al est le pire des joueurs à stats.
Offensivement, il n'a pas d'égal au poste bas. Puissant, doté d'un toucher incroyable pour son gabarit, il peut scorer sans problème contre n'importe quelle défense.

Pourquoi se retrouve t'il donc aux Bobcats quand on connaît la pénurie actuelle de Big Man en NBA? C'est simple, s'il met 20 points, son vis à vis en mettra 30, etc. Au bout du compte, on est toujours perdant, sauf contre des raquettes risibles que l'on a pu voir la saison dernière : Biyombo/Mullens (CHA), Zeller/Thompson (CLE) ou Hawes/Young (PHI), des raquettes si faibles offensivement qu'elles ne peuvent tenir le choc dans un "scoring contest".

L'an dernier, l'équipe des Jazz était dans les 3 pires défense de la ligue avec Big Al sur le terrain. Une fois sur le banc, Utah apparaissait dans le top 10, que ce soit avec Favors ou Kanter. Le fait que les Jazz aient laissé partir Jefferson sans compensation pour faire confiance à la paire Favors Kanter en dit long sur la valeur du néo-bobcat.
  • G - MONTA ELLIS
    37min 19.2pts 3.9rb 6.0ast 2.1st 3.1to 0.4blk (41.6% FG 28.7% 3pts 77.3 % FT)
Comme Griffin, Ellis est le joueur préféré de millions de fans. Aérien, vif, technique & "couillu", il n'en est pas moins un calvaire pour ses partenaires car il reste un joueur égoïste, peu concerné par l'animation offensive collective de l'équipe et suspect en défense.

On dit des grands joueurs qu'ils ont un mental d'acier, mais la cervelle de Monta manque clairement de plomb... L'an dernier il a fait rire son monde en se déclarant aussi doué que Dwyane Wade. Malgré les performances décevantes du numéro 3 du Heat lors des derniers Playoffs, c'est faire injure à D-Wade que de croire à ces conneries... Ellis est aussi proche de Wade que Robin Lopez de son frère Brook. Un est marrant, l'autre un monstre...

Pour le plaisir, voilà la retranscription de ce moment de pure délire où il se voit tenir la comparaison avec un Hall of Famer assuré.

“To be honest, I would put myself in the same category as D-Wade. I mean, at the end of the day, the only thing he have that I don't have is more wins and two championships. That's it. But as far as playing on the same level, competing every night both ends, shooting inside-outside, fast break, transition--Monta Ellis have it all.”
  • G - BRANDON JENNINGS
    36min 17.5pts 3.1rb 6.5ast 1.6st 2.5to 0.1blk - (39.9% FG 37.5% 3pts 81.9% FT)
Ex-compère de Monta aux Bucks, Jennings est un meneur scoreur qui peine à s'affirmer en tant que tel, trop dépendant de son shoot extérieur et trop rarement à la conclusion près du cercle... Ses 18pts de moyenne, ses steals, son ratio assist/turnover et ses performances aux trois-points masquent cette incapacité à dominer le jeu comme le font les bons meneurs de la ligue. 
Adepte d'une défense plus apte à la tauromachie qu'à la NBA, il pénalise son équipe dans ce secteur de jeu et fait briller, bien malgré lui, la machine à contres qu'est Larry Sanders.

Voilà un article bien illustré ainsi qu'un bonne vidéo (ci-dessous) provenant du très beau site SBNation qui explique pourquoi Jennings n'est pas si performant et attirant qu'il croit l'être et reste un Free-Agent peu convoité.



Mention honorable : Josh Smith (Detroit), Kyle Lowry (Toronto), Ryan Anderson (New Orleans) Anderson Varejao (Cleveland) & DeMarcus Cousins (Sacramento)

2 commentaires:

greg a dit…

Y'a flav aussi qui est pas mal surcôté en fantasy

Dominique Guye a dit…

Ahah, c'est même plus une fraude lui, c'est une victime...